LFDP_COUV

Renvoyée à sa plume après une fulgurante et torride liaison, une femme écrit à son amant. "Le coeur tendre, le ventre désoeuvré", elle effeuille l'album de leurs souvenirs, de leurs folies. De son compagnon, nous ne connaîtrons que deux couleurs : le jaune de ses yeux et le vert de son pull.

Remarque préliminaire : Lecture pour adultes

Nouvelle lecture tirée de mon dernier passage chez la Musardine dont je ne vanterai jamais assez ici les qualités de son libraire. Voilà un garçon à l'écoute de son client et qui s'adapte au ressenti des lectures précédentes. On avait donc le dealer de bandes dessinées, voici le dealer de littérature érotique. Je le dis d'autant plus que les conseils du libraire s'avèrent de plus en plus judicieux, cette Femme de papier en étant la preuve.

D'abord un tout petit bémol. Si comme moi se retrouve entre vos mains la version Pocket "augmentée d'une confidence de l'auteur", passez directement au roman à proprement parler et évitez cette confidence qui n'a aucun intérêt et aucun lien avec l'histoire. Une fois ce préliminaire (T'as compris le double sens ? Hu hu) accompli, plongeons donc dans cette relation torride entre une femme et son amant, relation décrite de façon épistolaire. 

Le fait est que c'est agréablement bien écrit et que ça se lit vraiment tout seul. Juste un détail assez agaçant, cette manie de mettre trois qualificatifs, synonymes, les uns à la suite des autres pour bien décrire quelque chose. N'étant pas totalement idiot, j'arrive à comprendre ce qui se passe avec un seul verbe ou adjectif. Que cette astuce d'exagération soit utilisée, pourquoi pas, mais qu'elle le soit à tort et à travers finit par être lassant.

Un mot de l'histoire, si tant est qu'on puisse parler d'histoire, le roman n'étant plutôt qu'un enchaînement de situations entre la femme et son amant. Chaque chapitre est ainsi une situation différente, que ce soit avec une autre femme, un autre homme, une relation BDSM, etc. On se retrouve au finale avec un "joli" catalogue de situations érotico-pornographiques différentes. Ca fait un peu cliché de film porno qui aligne ce genre de situations mais ça marche quand même puisque c'est par moments plutôt excitant.

Hormis donc quelques petits défauts, la Femme de papier se trouve être un très bon ouvrage de littérature érotique qui, selon les circonstances ou les chapitres pourra être lu avec plaisir d'une seule main.

Texte © Alfie's mec, 2015.
Couverture : La Femme de papier, Françoise Rey, Éditions Pocket, 2010 pour la version Pocket.