Qui dit 29 décembre dit début des traditionnels bilans de fin d'année sur le blog. Contrairement aux années précédentes, vous n'aurez pas droit à trois bilans de romans, mais à un seul. Du coup, pas de classement par étoile non plus, mais un bilan par thématique.

En 2014, nous vous avons proposé 99 chroniques de romans (oui, je sais, il s'en est fallu de très très peu pour qu'on tape les 100, mais je veillerai à les atteindre en 2015 !), 12 par l'homme de la maison, 87 par votre humble rédactrice. Sur ces 99 bouquins, nous en avons, après un conciliabule digne des délibérations du Goncourt (mais sans le repas chez Drouant), sélectionné 15. Quinze titres qu'il nous semblait important de remettre en lumière, quinze histoires vraies ou fictives avec des personnages attachants, hauts en couleur, parfois désespérés... ou désespérants ! Bref, voici l'heure de vous dresser la liste des bouquins à filer acheter avec les sous que papa Noël aura déposé au fond de votre soulier.

Fin d'année oblige, commençons par du léger, du sympathique, du distrayant. Pour cela, prenez une dose du Mystère Sherlockindispensable aux amateurs de Conan Doyle et d'Agatha Christie, ajoutez une pincée du Liseur de 6h27 et liez le tout avec La tête en friche, deux romans savoureux pour tous les lecturophages qui fréquentent ce blog.

Après ces quelques mises en bouche, je vous propose de poursuivre avec une farandole de lectures diverses et variées. Les amateurs d'aventures, jeunes ou vieux, ne manquerons pas L'île au trésor, du grand Robert Louis Stevenson. Nos lecteurs aux papilles délicates se tourneront vers l'émouvant roman de Jeanne Benameur Les insurrections singulières qui nous rappelle en quelque sorte l'importance de la vie. Les durs à cuire préféreront sûrement suivre l'adage Ne deviens jamais vieux. Et pourtant, il faudra être à peine vieux, du moins avoir franchi le cap de la majorité, pour se plonger dans les coulisses de l'univers du cinéma pornographique avec Pornstar.

Desktop3

Ces lectures achevées, et puisqu'en 2014, il convenait de se souvenir qu'on a commencé à se taper dessus avec nos voisins allemands. Néanmoins, notons qu'on a 4 ans pour redécouvrir ce pan assez triste de l'Histoire mondiale et que je vous ai sélectionné pour cela trois ouvrages très différents qui abordent l'Histoire sous trois aspects. Le bataillon créole rappelle l'histoire des ultra-marins qui, venus de leurs îles aux antipodes, sont tombés pour la mère Patrie, sans idée aucune de l'enfer vers lequel il s'engageaient. Ce titre fit partie des finalistes du Prix Océans auquel j'ai eu la chance de participer comme membre du jury cette année, et il fut à deux doigts de recevoir le titre. C'est vous dire à quel point je le porte dans mon coeur, cet ouvrage émouvant, poignant, qui mériterait presque le titre de meilleure lecture de 2014. Sur le même sujet, Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013, évoque quant à lui le destin des gueules cassées dans l'après-guerre. Alors que les morts sont honorés, ceux qui sont revenus du front, le visage estropié et l'âme détruite, retrouvent un peu d'honneur dans ce roman à mi-chemin du polar (normal, dirai-je, pour un maître du thriller !). Enfin, si ce n'est pas encore fait, précipitez-vous sur A l'ouest, rien de nouveau. Les deux autres ouvrages évoquent la première guerre mondiale, mais toujours du côté français. Ce troisième titre, avec un discours pacifiste, se place du côté du front allemand. On suit un jeune soldat, très jeune, qui découvre que se battre pour des idéaux, c'est avant tout mettre sa vie en danger, et que sur le front, peu importe la nationalité... Un roman qui m'a, je vous l'avoue, bouleversée quand je l'ai lu, et qu'il FAUT mettre entre les mains de tous les ados pour que s'arrêtent tous ces conflits pour des idéaux stériles.

Puisqu'on est dans les lectures un peu sérieuses et denses, qui parlent de guerre, j'ai bien envie d'en profiter pour vous rappeler que quelques années plus tard, parce qu'un petit bonhomme à moustache avait décrété une race supérieure, des camps sordides poussèrent un peu partout en Europe. Jorge Semprun, espagnol exilé, a tiré de son expérience personnelle un roman puissant qui raconte comment se reconstruire avec cette mort ambiante si longtemps côtoyée : L'écriture ou la vie.

Pour terminer ce bilan, je constate qu'en 2014, l'homme comme moi avons apprécié quelques biographies. Dans le lot, on peut évoquer l'essai d'Emmanuel Carrère, Le Royaume, sorte de biographie puisqu'il nous raconte l'histoire de plusieurs des écrivains des Écritures saintes. A mi-chemin entre le roman et la biographie, j'ai retenu le roman de Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais, qui permet d'une manière fictionnelle d'intégrer des éléments de l'histoire de la gymnaste Nadia Comaneci. Mais parfois, de pures biographies se lisent comme des romans, pleines de rebondissements, d'espionnage, d'amour, de tragédie. Ce fut le cas de Un diable d'homme, récit de Fawn Brodie sur l'aventurier Richard Francis Burton mais aussi de Marie Stuart qui m'a permis de découvrir le versant biographe du talentueux Stefan Zweig.

Sur ce, je vous souhaite de très bonnes lectures. N'oubliez pas de repasser demain, l'homme vous causera de livres à images !