la femme tatouée

Un corps est découvert dans le vivier à homards d'un grand restaurant. Tout laisse supposer un suicide, mais Van In n'est pas du genre à s'en laisser compter. Accompagné de son fidèle acolyte Versavel, il mène l'enquête chez les néo-nazis et les intégristes de tout poil.

J'avais lu au début de la publication en France de la série des enquêtes à Bruges de Van In les deux premiers opus (ici et ici). Si le premier m'avait bien plu, j'avais été vite lassée par le caractère de cet inspecteur. Voilà que je le retrouve pour sa quinzième enquête. Autant dire qu'il a quelque peu changé... Du moins en apparence ! 

Entre temps, faisons bref, Van In s'est mis en couple avec la procureur Hannelore Martens. Ils ont deux gamins et semblent partager une vie de couple moderne, faite de complicité et de prises de tête. Mais à côté de ça, Van In est toujours le plus grand buveur de Duvel que je connaisse (je pense d'ailleurs toujours un peu à lui quand je fais la réserve de bières pour la maison, s'il décidait de se pointer à Besançon un de ces jours) et ses méthodes ne font pas toujours l'unanimité. 

Néanmoins, force est de constater que cette fois encore, la méthode Aspe fonctionne. Il nous livre une intrigue bien ficelée, avec différentes pièces qui s'assemblent dans le dernier tiers de l'intrigue. On fraye avec les groupuscules néo-nazis, avec les extrémistes catholiques et islamiques. On descend des bières (oui, encore et toujours) sous la chaleur de Bruges en plein été, et on rencontre un spécialiste des runes pour décrypter un étrange tatouage. 

Je m'arrêterai là pour ne pas vous spoiler un peu plus ce roman qui se lit très bien même sans connaitre les personnages en amont. La fin est à peine trop rapide et sèche, mais La femme tatouée est un parfait roman à glisser dans le sac pour les vacances de fin d'année qui se profilent doucement : personnages atypiques, intrigue percutante et très actuelle, situations non dénuées d'humour, me voilà quasiment réconciliée avec cette série !

Merci aux éditions Albin Michel pour cette redécouverte !

Texte © Miss Alfie 2014.
Édition présentée : La femme tatouée, Pieter Aspe, traduit du néerlandais (Belgique) pas Emmanuèle Sandron, Editions Albin Michel, 2014, 296 pages.