posthume et sacrificielleLorsque Scott Parson reçoit un appel de Mark Culpin, il saute dans sa voiture et file sur l'île de Skye rejoindre l'artiste dont il est sensé écrire une biographie et qui se mure dans son silence depuis de longs mois. Mais sur place, Scott découvre une dernière oeuvre plus que particulière : Culpin gît sans vie, écrasé sur une toile vierge. Suicide génial ou meurtre cupide ? Le journaliste décide d'enquêter...

Pascale Remy fait partie de ces auteurs branchés sur Twitter mais qui, en plus de faire la pub de leur livre, n'hésitent pas à discuter avec les lecteurs. Aussi, quand elle a vu que je publiais une série d'articles sur l'Ecosse, elle m'a indiquée son premier roman et me l'a fait gentiment parvenir. L'occasion était toute trouvée pour repartir sur Skye, île qui m'a laissée un souvenir en terme de paysage partagé, à peine trop désertique à mon goût, mais qui reste par la découpe de ses roches et de ses montages extrêmement impressionnante.

Avec Posthume et Sacrificielle, Pascale Remy livre un premier roman plutôt pertinent mais qui aurait mérité d'être creusé sur certains points. Côté intrigue, rien à redire, l'ensmeble est bien ficelé, peut-être à peine prévisible par moment, mais aucune grosse ficelle bien blanche n'est venue gâcher ma lecture. Le monde de l'art apparaît en filigrane, avec ses travers, à savoir quand l'argent et la spéculation l'emportent sur l'art en lui-même...

Là où je vais commencer à être plus critique, c'est quant l'intrégration de l'île dans l'histoire. Je pense que l'auteure aurait pu aller plus loin, développer tout l'aspect insulaire et ce qu'il peut impliquer en terme de connaissance des uns et des autres, ou à l'inverse de scepticisme à l'égard d'un artiste londonien qui débarque du jour au lendemain... De même, on voit un nombre certain de personnages, peut-être une stratégie de l'auteure pour brouiller les pistes sur un éventuel suspect, mais certains ont un véritable potentiel en tant que personnage et auraient mérité d'être un peu plus dans le viseur du lecteur. Je pense notamment à la fliquette au look punk qui pourrait faire un excellent coeur de roman, surtout en la replaçant dans le contexte de l'île de Skye qui reste une île très rurale, où on peut vite se retrouver à faire une heure de voiture sur des single track pour pouvoir trouver un pub ouvert le soir (et là, je parle d'expérience vécue !!!). 

Prometteur, Posthume et Sacrificielle est un roman qui se lit rapidement et facilement. Il n'y a plus qu'à espérer que Pascale Remy renouvelle l'essai et aille encore plus loin dans sa narration !

Texte © Miss Alfie 2014.
Édition présentée : Posthume et Sacrificielle, Pascale Remy, Éditions L'Harmattan, 2014, 139 pages.