trois médecins

1974. Bruno Sachs intègre la deuxième année de médecine à la faculté de Tourmens. Il y rencontre André Solal, Basile Bloom et Christophe Gray. Trente ans plus tard, Bruno Sachs s'apprête à donner une conférence à la fac de Tourmens. L'occasion pour les protagonistes de raconter leurs années d'études...

Alors que je viens de découvrir que France culture propose régulièrement des adaptations radiophoniques de romans et ouvrages, j'ai profité de quelques séances de sport pour découvrir La maladie de Sachs, lu et chroniqué par l'homme de la maison il y a déjà un paquet de temps. A l'issue du quinzième et dernier épisode, impossible de me séparer de Bruno Sachs, ce médecin parfois mystérieux, toujours humain. Mais comme je n'envisageais pas de lire dans la foulée le roman initial, je me suis penchée sur celui qui raconte ses années d'études, ses rencontres, ses découvertes et ses déceptions qui firent celui que je venais de rencontrer.

Encore une fois, Martin Winckler profite d'un roman pour véhiculer ses convictions et son éthique médicale, sa vision d'une médecine humaine davantage tournée vers l'écoute et l'attention à l'autre que vers le soin technique. Pour atteindre ce but, il met en scène un quatuor étudiant autour desquels naviguent des personnages parfois à peine caricaturaux, mais globalement pertinents. Tour à tour, ce sont les étudiants, l'ancien appariteur d'amphi ou les profs qui prennent la parole pour raconter leur univers médical, les études telles qu'elles étaient dans les années 1970 (mais ont-elles réellement évolué depuis ?!), la sélection au concours de fin de première année, les stages en tant qu'externe, puis en tant qu'interne...

On embarque pour les années 70, les débats et la lutte pour la légalisation de l'IVG, les conditions déplorables dans lesquels les premiers centres tentent d'exercer. On découvre aux côtés de Bruno, Christophe, André et Basile l'amour, la haine, l'amitié. On apprend avec eux à devenir des soignants attentifs aux autres, destinés à soulager et non pas à soigner à tout prix...

Si Martin Winckler excelle pour raconter l'univers médical, j'avoue que je suis restée un peu plus sceptique devant les intrigues qu'il intègre à son romans, je le trouve moins bon dès qu'il veut faire vivre des "aventures" à ses héros qui sont des hommes et des femmes comme tout le monde... L'ensemble semble à peine trop peu plausible pour renvoyer une vision réaliste générale !

Malgré ce bémol, je vous invite à lire ce passionnant roman que j'ai dévoré malgré son épaisseur, parce qu'encore une fois, Martin Winckler amène à s'interroger sur la médecine qui se pratique et sur la formation de ceux qui seront les médecins de demain.

Challenge PAL
Une lecture qui s'inscrit dans le Challenge Destination PAL de Lili Galipette.

Texte © Miss Alfie 2013.
Édition présentée : Les Trois médecins, Martin Winckler, Éditions Folio, 2006, 768 pages.