une derniere dansePour fêter les 40 ans de son amie d'enfance, Sonia embarque avec Maggie à destination de Grenade. Le temps de quelques jours, les deux femmes vont prendre quelques cours de danse et découvrir l'histoire de la ville. Prise dans une relation conjugale de plus en plus délétère, Sonia se prend de passion pour l'histoire des Ramirez...

J'avais lu avec beaucoup de plaisir il y a quelques temps L'île des oubliés où Victoria Hislop nous emmenait à la découverte d'une famille crétoise marquée par l'histoire de la léproserie de Spinalonga. C'est donc avec beaucoup de curiosité que je me suis plongée dans le troisième roman de l'auteure traduit en français.

Une dernière danse reste dans le pourtour méditerranéen et nous emmène cette fois en Espagne. Victoria Hislop prend pour cadre historique la guerre d'Espagne qui ravagea et divisa profondément le pays dans les années 30. Pour mettre en scène cette saga familiale, nous rencontrons les Ramirez : Pedro et Concha tiennent un café fortement fréquenté, El Barril, et y élève leurs quatre enfants, Antonio, Ignacio, Emilio et Mercedes. Du moment où Sonia entre dans le café, 70 ans plus tard, le lecteur va se douter que le hasard fait assez bien les choses... Surtout dans les romans ! Oui, car j'ai bien l'impression que Victoria Hislop a déniché son filon qu'elle va user jusqu'à la corde : les secrets de famille et les ancêtres qu'on déniche alors que l'on ne s'y attendait plus...

En dehors de l'intrigue concernant Sonia, intrigue que j'ai trouvé facile, cousue de fils blancs et superficielle, le reste du roman est passionnant. Victoria Hislop met en scène la culture espagnole, de la tauromachie au flamenco, décrit la danse des toreros et matadors, et celle des danseuses avec la même passion et la même magie. L'aspect historique, au coeur de l'histoire des Ramirez, m'a semblé mille fois plus accessible que dans d'autres romans évoquant la guerre d'Espagne (comme La capitana par exemple, dans lequel cet aspect m'avait paru beaucoup plus complexe). Victoria Hislop n'hésite pas à remonter quelques années en amont, avant l'arrivée de Franco au pouvoir, et les événements de 1936 sont racontés via les personnages auxquels le lecteurs a pris le temps de s'attacher, d'une manière à la fois simple et romanesque.

Si ce n'est ce gros bémol concernant l'intérêt de l'historie de Sonia dans la saga de la famille Ramirez, Une dernière danse témoigne une fois de plus de la capacité brillante de Victoria Hislop à mettre en scène une historie passionnante dans laquelle amour, trahisons, passions et Histoire se mélangent à merveille. Un très beau voyage sous le ciel andalou.

Une lecture lecture commune avec Liliba !

Challenge PAL
Une lecture qui s'inscrit dans le Challenge Destination PAL de Lili Galipette !

Texte © Miss Alfie 2014.
Édition présentée : Une dernière danse, Victoria Hislop, traduit de l'anglais par Séverine Quelet, Éditions Les escales, 2014, 464 pages.