LAK_COUVLa famille Locke est déchirée. Après le meurtre brutal du père par un étudiant déséquilibré, tous emménagent dans la vieille demeure familiale. Mais quand une île s appelle Lovecraft, la prudence est de mise ! Derrière les portes closes se dissimulent des secrets dangereux.

L'exception confirmant la règle, je vous livre aujourd'hui une chronique sur une série qui ne vient pas des prodigieux conseils du dealer mais qu'un ami m'a prêtée en me disant "Tiens, ça, ça déchire, ça se lit vite, c'est prenant, vas-y, fonce, minou, tu ne le regretteras pas." Là encore et comme avec le dealer, les propos sont approximativement retranscrits. De fait, j'ai plongé dans cette histoire qui, une fois les bases posées (et elles sont un peu longuettes à se mettre en place), est effectivement difficilement lâchable.

Joe Hill, si vous vous souvenez, j'avais découvert cet auteur avec The Cape, excellent comics dont vient de sortir une préquelle dont on ne m'a pas dit que du bien (donc que j'éviterai). Autant dire que concernant le scénario, je n'étais pas follement inquiet. Effectivement, le scénario, quoique touffu par moments est plutôt réussi mais relativement inégal. Le tome 1 est clairement extraordinaire. L'histoire se pose dans un premier temps à grands coups d'allers-retours entre le passé et l'époque actuelle (d'où le "un peu longuettes" dans le paragraphe précédent) mais l'atmosphère glauque, de terreur est idéalement retranscrite. Après, c'est plutôt inégal. Par exemple, le tome 2 tourne un peu en rond, le tome 3 relance l'histoire, le tome 5 est un long flashback pour expliquer le pourquoi de cette maison mystérieuse et le dénouement est bien américain, rempli de bons sentiments un peu dégoulinants. Mais dans l'ensemble, l'histoire se tient et est bien accrocheuse.

LAK_PLSi l'ambiance est aussi bien retranscrite, c'est aussi par le dessin et, surtout, le découpage des planches. Ce dernier présente des idées très intéressantes qui contribuent à renforcer ce sentiment de terreur auprès du lecteur. On note par exemple des planches avec quatre fois le même dessin à quelques détails près (une ombre qui passe en second plan, des personnages qui apparaissent sur des photos). C'est astucieux et ça marche. Le dessin, quant à lui, s'il se révèle un peu plus faible sur le tome 4 est globalement très bon, avec des personnages bien foutus sur les émotions et des jeux sur les échelles et les profondeurs.

De fait, Locke & Key est un très bon comics fantastique que je découvre visiblement après tout le monde. L'atmosphère joue beaucoup dans la réussite de cette histoire et il est très difficile de lâcher un livre entamé. Après The Cape, Joe Hill s'affirme pour moi avec cette histoire comme un très bon auteur de comics.

Texte © Alfie's mec, 2014.
Couverture T1 et planche T2 : Locke & Key, Joe Hill et Gabriel Rodriguez, Éditions Milady, 2010 (tome 1) et suiv.