La première fois que mes yeux se sont posés sur les planches de Guillaumes Sorel, j'en ai profité pour succomber au charme de Stefan Zweig. Il faut dire que le premier réussissait à merveille à mettre en image la biographie du second réalisé par Laurent Seksik.

Après, il y a eu Sorel tout seul, avec son adaptation du Horla de Maupassant. Là encore, je suis restée subjuguée par des aquarelles magnifiques, rêvant de dénicher la planche représentant le Mont-Saint-Michel pour l'accrocher dans ma chambre et l'admirer au quotidien.

Et puis dernièrement, quand j'ai raconté ça à l'un des acolytes du dealer, je me suis retrouvée avec Hôtel particulier entre les mains. Un autre style, une autre atmosphère, mais là encore une bande dessinée merveilleusement littéraire, pleine de références aux grands écrivains que furent Nabokov, Dumas, Christie, Carroll et j'en passe.

J'ai conscience de n'avoir pas encore découvert tout Sorel. Mais tout venant à point à qui sait attendre, je vais surtout employer cette attente à poursuivre ma lecture de cet auteur de bandes dessinées magnifiques.

Sorel1Sorel 2Sorel 3