ACDA_COUVAu début du 20è siècle, le Pôle Sud n'est toujours pas vaincu. Les différentes tentatives se sont toutes soldées par des échecs plus ou moins retentissants. Ernest Shackleton est de ces aventuriers qui embarquent depuis la Nouvelle-Zélande pour vaincre ce objectif. L'adversité sera telle qu'il échouera lui aussi tout en battant un record de proximité au Pôle ce qui lui vaudra d'être anobli.

J'avouais ne pas connaître Shackleton avant d'avoir lu le très bon dyptique Sur les Bords du Monde en bande dessinée. Si cette histoire racontait les mésaventures d'une autre expédition, elle m'a permis de découvrir un mec, un vrai, un aventurier du début du 20è siècle, de la race de ceux qui attaquent l'ascension d'un nouveau sommet avec guère plus que leur bite et leur couteau. Ces gars-là, les aventuriers en général, me fascinent. Ce n'est pas pour rien que j'aime bien la série Explora ou que je vous parle de Richard Francis Burton, de cyclistes, d'archéologues ou de d'alpinistes qui, chacun dans leur style auront dépassé les limites de l'époque.

La particularité de ce bouquin, vous l'aurez compris, est qu'il n'est ni une biographie, ni un roman écrit par un tiers mais le récit de l'expédition par le chef de l'expédition lui-même. Cela permet de vivre l'aventure de l'intérieur plus directement sans qu'un narrateur qui n'était pas présent ait à imaginer ce qui se passe au-delà de l'aboutissement ou non de l'aventure. Et le fait est que, présentement, les mecs n'ont pas spécialement enfilé des perles pendant les 14 mois de cette expédition. Bon, c'est sûr que l'environnement est ce qu'on pourra aisément qualifier d'hostile. On se pèle passablement le cul, les tempêtes ne réchauffent pas particulièrement l'atmosphère, les crevasses sont des pièges invisibles et la nourriture finit par manquer. Alors, vas-y, va chercher le Pôle Sud avec un carré de chocolat et un peu de bouillon par jour, pars devant, je te regarde.

Autre truc bien, est-ce dû à la traduction ou à Shackleton lui-même, le style littéraire est très simple, très fluide et très accessible. L'explorateur explique la logistique nécessaire pour une telle expédition, la traversée de l'océan, le "débarquement" et les différentes expéditions menées par les équipes, au travers des journaux tenus par ses lieutenants pour les expéditions qu'il n'a pas suivies. L'expédition principale, vers le pôle Sud est racontée par Shackleton lui-même sous forme d'un journal quotidien. Ce découpage permet de mieux retranscrire la difficulté de la chose avec des jours passés sous la tente pour cause de tempête ou de progression difficile. A noter également que des photos d'époque viennent illustrer le récit ce qui rend l'ensemble très agréable et particulièrement intéressant.

Texte © Alfie's mec, 2014.
Couverture : Au coeur de l'Antarctique, Sir Ernest Shackleton, Éditions Libretto, 1988.