ciel koerner

1972. Un couple réalise le détournement d'avion le plus spectaculaire. Lui, ancien soldat au Vietnam, afro-américain. Elle, hippie amoureuse. Ils quittent San Diego et arriveront à Alger. A une époque où les contrôles étaient inexistants.

Voilà un bouquin à éviter si vous êtes un brin phobique de l'avion et paranoïaque. Car si Le ciel nous appartient relate l'histoire de Roger Holder et de Cathy Kerkow, Brendan I. Koerner en profite pour retracer l'histoire de la mise en place des contrôles dans les aéroports et passer en revue les centaines de détournements d'avions qui eurent lieu dans les années 60-70 aux Etats-Unis.

Avec des airs de roman, ce bouquin reste un documentaire extrêmement bien documenté qui nous emmène dans l'Amérique hippie. On y découvre les conséquences de la guerre du Vietnam, le racisme qui fait rage à l'encontre des blacks et les mouvements de contestation de plus en plus nombreux, le tout dans un monde politique international partagé entre les communistes et les autres.

"En régnant momentanément en maître suprême sur la frontière américaine la plus absolue, ces âmes déchues souhaitaient avant tout recouvrer une certaine dignité. Tant qu'ils pourraient embarquer armés de pistolets, de bombes ou de flacons d'acide cachés dans leurs bagages à main, les pirates de l'air seraient prêts à risquer leur vie de rebelle pour avoir la chance ultime d'en rectifier le cours." (p. 113)

Avant même de raconter l'histoire un brin loufoque et complètement extraordinaire de Holder et Kerkow, Brendan I. Koerner raconte des destins d'êtres humains complètement paumés, persuadés que leur seule issue réside dans un détournement d'avion. On découvre une époque au cours de laquelle il était impensable de mettre en place des contrôles dans les aéroports, les compagnies craignant que cela ne retarde trop leurs voyageurs. Du coup, l'auteur explique avec beaucoup d'humour que pour aller d'un point A à un point B, il faut une période aux USA où les voyageurs savaient qu'ils avaient de grandes chances de passer par un point C avant d'atterrir au point B !

Quant à l'histoire de nos deux pirates de pacotille, s'ils réussirent une opération spectaculaire, c'est plus grâce à leur chance qu'à leur réel talent, Roger Holder apparaissant rapidement comme un homme souffrant de troubles psychiques. Quant à la belle Cathy, complètement sous le charme d'Holder, elle semblera mettre bien du temps à prendre son indépendance, réalisant que la belle vie promise par son amant est bien loin de leur réalité.

Si j'ai ressenti quelques longueurs sur la fin de l'ouvrage, une fois les détournements en série achevés et les deux pirates posés en France, Le ciel nous appartient est un documentaire extrêmement bien raconté, fouillé et alternant harmonieusement données diplomatiques, historiques et politiques avec la petite histoire de ces deux personnages hauts en couleur !

Merci aux éditions Livre de Poche pour cette découverte !

Ce qu'on en dit ailleurs :

  • Des galipettes entre les lignes : "Le ciel nous appartient mêle habilement une biographie des deux pirates de l’air, un essai historique sur les détournements d’avion et une réflexion sur les conséquences de la guerre du Vietnam. "
  • Au fil des plumes : "Tantôt romancé, tantôt très journalistique, le style de l'auteur m'a franchement déboussolé. Je n'ai pas compris son intention, ni son écriture."

Texte © Miss Alfie 2014.
Édition présentée : Le ciel nous appartient, Brenda I. Koerner, traduit de l'anglais (américain) par Corinne Julve, Livre de poche Éditions, 2014, 388 pages.