LJS_COUV

Quand Lord Byron Hastings découvre la cité mythique de Guyanacapac, il envoie un Indien, Moxtechica, en Angleterre afin de demander à son frère de vendre l'ensemble de ses biens afin de missionner une expédition pour ramener l'or du trésor. Lady Vivian Hastings, l'épouse de Byron Hastings, ne l'entend pas forcément de cette oreille. Par l'intermédiaire du Docteur Livesey, elle convainc un pirate légendaire, John Silver, de s'infiltrer dans cette expédition.

"Cet ouvrage ne prétend pas être une suite de L'Île au tresor". Les auteurs préviennent d'emblée le lecteur. Personnellement, ça tombe bien, je n'ai jamais lu L'Île au Trésor. Du coup, même si des personnages originaux ressurgissent pour une nouvelle aventure (John Silver et le Dr Livesey entre autres) je n'avais aucune idée de leur caractère ou de leur rôle dans les aventure originelle de Stevenson. Donc, que les lecteurs hésitants se rassurent, on peut sans problème plonger dans cette grande fresque épique en quatre tomes. 

Tout est dit dans les derniers mots du dernier paragraphe. Quatre tomes pour une histoire complète avec un découpage somme toute assez cohérent. Dans le premier tome, les auteurs présentent les personnages et le contexte de l'histoire. Intitulé du seul personnage féminin de l'histoire, on comprend assez vite que Lady Vivian Hastings est un personnage principal de l'histoire au même titre que John Silver. Dotée d'un tempérament fougueux, insoumise à son mari, enceinte d'un amant, elle détonne dans cette Angleterre de la fin du 18è siècle. Une fois ces personnages présentés, les aventures commencent réellement avec le deuxième tome et la traversée de l'Atlantique. Le troisième tome s'attache au passage dans le continent sud-américain tandis que le quatrième et dernier tome laisse place au dénouement explosif dans la cité de Guyanacapac. Notez que je ne spoile en rien l'histoire, les titre des tomes étant suffisamment évocateurs. 

LJS_PL

Quant à l'expression "grande fresque épique", elle se justifie pleinement. l'histoire monte en régime au fur et à mesure des pages. Les personnages intriguent les uns contre les autres, au profit des uns et des autres, dans un but parfois différent. Pourquoi Vivian Hastings tient-elle à parcourir les mers ? Quel est vraiment le but de John Silver ? Qui est vraiment cet Indien envoyé par Byron Hastings ? Tous les ingrédients de la série d'aventures sont ici réunis pour que le lecteur ne s'ennuie pas un instant. Le tout est de passer sans encombre le premier tome. Même s'il convient de présenter les personnages afin de savoir à qui on a à faire, la première moitié de ce premier tome manque un peu de ce souffle d'aventures. Une fois que John Silver apparaît, ça démarre. Et ça ne cesse jamais d'accélérer.

Le dessin Mathieu Lauffray est également très réussi et parvient à instiller au lecteur les différents sentiments par lesquels passent les héros. Ca passe par les visages et les couleurs, les ombres en particulier. Les paysages sont également somptueux et on notera en particulier dans chaque tome une paire de double-planches tout simplement magnifiques. Long John Silver est donc un parfait exemple d'un récit d'aventures pleinement réussi sur tous les aspects, de la construction progressive et tout en accélération du scénario au dessin qui colle à l'ambiance de l'histoire. N'hésitez donc pas, jetez-vous dessus.

Texte © Alfie's mec, 2014.
Couverture (tome 1) et planche (tome 2) : Long John Silver, Xavier Dorison et Mathieu Lauffray, Éditions Dargaud, 2007 (tome 1) à 2013 (tome 4).