tangoAna est passionnée par la danse argentine. Un soir, elle rencontre à Paris Luis, argentin, qui lui parle de son grand-père. Avec lui, Ana va redécouvrir l'histoire de sa famille et celle de la danse mythique depuis le début du siècle.

L'Argentine étant le pays invité au Salon du Livre de Paris cette année, j'ai eu envie en rentrant de notre escapade parisienne de me plonger dans ce roman d'Elsa Osorio qui avait su me conquérir avec Luz ou le temps sauvage. J'avais envie de repartir en Argentine, de continuer ma découverte de ce pays à l'historie politique instable et houleuse, marquée par des coups d'état et des dictature, de me plonger dans la culture du tango et de lever le voile sur son histoire.

Dans l'ensemble, il faut reconnaître que le challenge est relevé, Elsa Osorio nous livrant l'histoire du tango, la réputation dont il fut longtemps victime et qui lui ferma les porte des beaux salons sous peine de scandale, et en faisant un personnage à part entière, un monde même, un paradis, qui accueille les ancêtres décédés d'Ana et Luis.

En revanche, quelques bémols ressortent de ma lecture, notamment cette narration que j'ai trouvé fouillis, qui alterne un narrateur extérieur qui interpelle les personnages et les personnages eux-mêmes (ou du moins certains d'entre eux) qui prennent la parole de temps en temps. Autant dire qu'il faut un minimum de concentration pour ne pas se perdre dans ce roman, surtout quand on voit la multiplicité des personnages... Cette multiplicité des personnages m'a d'aillerus interrogée, je n'ai pour certains pas saisi leur intérêt ni l'opportunité de les faire intervenir...

Ainsi, si l'idée de faire des allers et retours entre le présent avec Ana et Luis et le passé avec l'histoire de leurs ancêtres est enrichissante, les premiers m'ont semblé fades. Ils auraient pu être inexistants sans que le reste de l'histoire en pâtisse, bien au contraire je pense... Car Elsa Osorio nous conte l'histoire de deux familles, et sur 3 ou 4 générations. Avec leurs ramifications, leurs liens et leurs satellites... Vous comprenez donc qu'il peut vite devenir difficile de se retrouver entre tous ces caractères parfois bien trempés !

Si Tango nous offre une belle page d'Histoire et de culture entre l'Argentine et la France, je regrette néanmoins les choix narratifs d'Elsa Osorio qui ont participé à cette sensation de fouillis à la lecture.

Texte © Miss Alfie 2014.
Édition présentée : Tango, Elsa Osorio, traduit de l’espagnol (Argentine) par Jean-Marie Saint-Lu, Éditions Seuils, Collection Points policier, 2008, 544 pages.