P1070285

Avant de vous parler précisément de la Murder à laquelle nous avons participé dans le cadre de Ludesco, il convient de vous expliquer ce qu'est une "soirée enquête" ou "murder party". Les premières animations du genre sont apparues au Royaume-Uni dans les années 1930, dans l'esprit des histoires de Conan Doyle. Une Murder rassemble un certain nombre de participants pour une durée (de quelques heures à plusieurs jours) dans un lieu. Un meurtre est commis, et chaque participant endosse le rôle d'un protagoniste défini à l'avance pour mener l'enquête à huis clos. Bref, nous voilà dans une sorte de Cluedo grandeur nature.

L'équipe de "Projets R" a créé pour Ludesco une Murder intitulée "Une fête d'enfer" qui s'est déroulé dans un lieu très spécial de La-Chaux-de-Fonds : une sorte de maison hantée (âmes sensibles, s'abstenir)... La Murder se déroulait sur 4 heures, et autant vous dire que je n'en menais pas large en arrivant sur place. Autant vous raconter pourquoi...

Lorsque l'idée d'aller à Ludesco a germé, en nous renseignant, nous avons découvert l'existence de cette animation qui paraissait sympathique : conviés à une soirée festive, un crime était commis et il convenait de le résoudre. Je me voyais déjà en Miss Marple, accompagnée de mon Hercule Poirot, tenter de débusquer qui du Colonel Moutarde ou de Mademoiselle Rose avait pu trucider la femme de chambre avec le chandelier. 

Oui mais voilà. Quelques jours avant l'animation, en retournant sur le site de Ludesco, je me suis aperçue que l'ambiance n'était pas tout à fait celle que je pensais puisque les organisateurs faisaient référence à Clive Barker, le "papa" de romans d'épouvante et de films d'horreur type Hellraiser. Gloups. Quand on sait que j'ai balisé pendant quelques années à l'idée de relire Le crime de l'Orient Express et que j'ai passé mon temps sous la couverture devant un film comme Seven (et oui, je ne parle que de polars ou de thrillers...), on se doute que l'épouvante n'est pas trop ma came... Mais bon... Quand faut y aller, faut y aller... 

Je me suis donc retrouvée un samedi après-midi dans une étrange maison devant une maîtresse de maison qui rêvait de m'ouvrir le bide pour récupérer mes intestins, en quête du moyen de sortir de ce lieu que j'ai évité de regarder trop précisément. Autour de moins, quatorze autres participants, pour certains habitués de ce type de jeu et beaucoup plus doués que moi ! Je ne vous en dirai pas  trop sur l'histoire en elle-même ou les personnages, si jamais cette animation était proposée dans d'autres lieux, mais elle était présentée comme spécifique pour des débutants. Quand je vois déjà la complexité de l'intrigue qui s'est dévoilée à nous au cours du jeu, je me demande bien jusqu'où peuvent aller les organisateurs de Murders plus élaborées !

Dans tous les cas, si vous avez un jour l'occasion de participer à ce type de jeu, il convient de ne pas hésiter à bien rentrer dans le personnage. Avant le début du jeu, chaque participant reçoit une fiche technique présentant le contexte, sa personnalité et donnant quelques indications sur la suite des évènements. Au cours du jeu, il ne faut aussi pas hésiter à aller voir les organisateurs qui peuvent vous guider pour réadapter vos objectifs s'ils vous semblent compliqués. Je l'ai pour ma part fait, et cela m'a permis par la suite de commencer à m'amuser et de me rendre compte que personne n'était celui qu'il paraissait être ! 

Je n'irai pas jusqu'à dire que j'ai été complètement conquise par ce genre de jeu, mais l'ambiance entre joueurs était fort sympathique. Le côté un peu SF et horrifiant du lieu m'a à peine dérangé, mais si je devais participer à une nouvelle Murder, j'aimerai autant me retrouver dans un scénario et une ambiance à la Conan Doyle ou à la Agatha Christie. Bref, dans quelque chose de policier très très classique. Mais ça, ça ne vous étonnera pas ! Et en attendant, je vais replonger dans ma PAL pour retrouver Un meurtre sera commis le... de la dame Christie et qui, visiblement, semble totalement dans l'idée d'une murder !