C9COUV

Sur les "conseils" de sa mère Catherine de Médicis, Charles IX, Roi de France, ordonne le massacre de la Saint Barthélémy. Il n'a alors plus qu'un an à vivre. L'histoire raconte la vie de ce jeune roi dont le cours va être complètement bouleversé par un évènement dont il ne mesure pas la portée.

Sur le principe, je ne suis pas fan des adapations BD de bouquins ou de grands classiques. J'étais resté sur une adaptation du Portrait de Dorian Gray graphiquement chouette mais qui m'avais laissée un peu sur ma faim parce que le souffle que les auteurs avaient voulu prodiguer était à peine court. Et puis, sur le principe, c'est sympa mais la moitié du boulot, à savoir le scénario, est déjà plié. Alors, oui, c'est sûr, il y a l'univers graphique que le dessinateur peut créer à partir d'une histoire existante mais bon... Alors, pourquoi Charly 9 ? D'une part parce que mon dealer me l'a conseillé (mais bon, ça, vous avez l'habitude que je vous parle des bons conseils du dealer) et parce que je n'avais pas lu le livre de Jean Teulé. Alors, plongeons. 

C9PL

L'histoire commence donc avec un échange entre Charles IX, sa mère et différents conseillers, échange qui se termine avec la fameuse phrase qu'on sait pas trop s'il l'a prononcée mais ça fait classe de la lui attribuer (oui, apocryphe, ça marche aussi mais tout le monde ne sait pas ce que ça veut dire) : "Tuez-les tous ! Et qu'il n'en reste pas un seul pour venir un jour me le reprocher !". A partir de là commence une lente descente aux enfers tant physique que psychologique du roi. Cette décrépitude, cette folie se traduit par un changement du visage, comme si ce roi prenait de l'âge, des dizaines d'années au fur et à mesure alors qu'une seule année sépare le début de la fin de l'histoire. Graphiquement, ce Charly 9 est une vraie réussite. Au-delà de cette métamorphose physique, le trait de la ligne claire est appuyé par des décors soignés et des personnages expressifs, rendant l'ensemble particulièrement bien foutu. Les couleurs s'adaptent également à l'ambiance, l'atmosphère s'assombrissant au fur et à mesure de l'histoire.

Le scénario quant à lui laisse une place non négligeable à l'humour et au cynisme ce qui n'est pas pour me déplaire. Je ne connais pas l'univers de Jean Teulé mais il semble que ce soit monnaie courante chez ce garçon. De fait, on n'a pas à faire à une simple biographie ou à une bête description de faits historiques. On a ici une vision très personnelle et très revisitée d'un personnage historique et tant pis si les vérités historiques sont parfois un peu biaisées. Il ne faut pas lire Charly 9 comme une vérité historique mais comme une vision divertissante et un peu trashy d'un roi de France qu'une décision aura fait devenir fou. Le fait que l'ensemble est très réussi et je comprends les éloges que ce livre a reçu en fin d'année dernière. Comme je suis un rebelle, je mettrai (probablement) ce livre paru en 2013 dans mon best-of 2014.

Texte © Alfie's mec  2014
Couverture et planche : Charly 9, Jean Teulé et Richard Guérineau, Éditions Delcourt, 2013.