Bureau4

Normalement, à l'heure où paraîtra ce message, je serai sur la ligne de départ de ma première course chronométrée. Et oui, la mamie qui détestait le sport n'est plus, bienvenue l'adepte des sorties marche et course à pied pour se défouler ! SI je n'en suis pas encore totalement addict et que l'appel du canapé est parfois plus fort que celui de l'activité physique, surtout lorsque le ciel nous déverse des seaux d'eau, vous conviendrez que reprendre la course à pied empiète nécessairement sur mon temps de lecture. Vous ne serez donc pas étonné si dans les prochains temps, le rythme de publication des articles venait à faiblir par ci par là... C'est qu'en plus de la course à pied, je vous rappelle que j'ai mes études qui vont vite rappliquer, et que d'ici l'arrivée de mon paquet de cours, je prépare mon changement de nom et le passage officiel de "mademoiselle" à "madame" (je sais, cette distinction n'existe plus, je vais faire hurler quelques féministes, mais moi, je suis fière de changer de nom. Et ce n'est pas une question d'aliénation à l'autorité de mon futur mari ! Na !)

Bref, tout ça pour dire qu'il est temps de se pencher sur les lectures de ce début d'automne, lectures qui, pour certaines, ont largement contribué à déclencher une mini panne de lecture que je m'emploie à soigner à base de romans rapides à lire et divertissants... Parmi ces déceptions, citons Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka ou Les sept fils de Simenon de Ramon Diaz-Eterovic, deux lectures qui m'ont semblé interminables... Si Les anges de New-York de R.J. Ellory est un thriller bien mené, son personnage central et son côté "happy end" m'ont également passablement agacé. Alors oui, au cours de ce mois d'octobre, mieux valait éviter de m'embêter et de me contrarier.

Et c'est bien souvent dans ces cas là qu'on se rend compte qu'un bon polar, avec une bonne enquête policière, est bien souvent une bouffée d'air. Évidemment, en la matière, le Mr Brown d'Agatha Christie apparait comme incontournable (comme tous les romans d'Agatha au demeurant), mais n'oublions pas Marin Ledun et sa guerre des vanités ou encore l'excellent Cherche jeunes filles à croquer de Françoise Guérin. Ces deux derniers titres attesteront d'ailleurs qu'il n'y a pas besoin d'être américain pour faire du bon suspense... Même si L'oiseau des ténèbres de Connelly est un roman américain et que non, non et non, on ne le critiquera pas !

A mi chemin entre le roman et la biographie, ne manquez pas non plus Quand j'étais Jane Eyre de Sheila Kohler qui nous plonge à la découverte de la vie de Charlotte Brontë et de sa famille, avec beaucoup de délicatesse et d'intérêt.

Enfin, l'homme a pu relever un peu le nez de son guidon professionnel et est ressorti de chez le dealer habituel avec trois titres qu'il vous a présentés ce mois-ci : le touchant Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre qui donc lui reprisait ses chaussettes ? de Zidrou et Roger, le noir Tyler Cross de Fabien Nury et Brunö et le mitigé Histoire d'hommes de Zep.

Sur ces quelques rappels, je vous souhaite, chers lecteurs, un bon dimanche. Pour ma part, j'ai des chaussures de course à nettoyer maintenant ! ;-)