paradis0540En mai 1940, quatre parisiens font leurs valises et prennent le chemin de Bordeaux. Ils trouveront refuge au Paradis, où Hélène et ses deux enfants attendent le retour du père parti à la guerre. De nos jours, Maurice voit sa mémoire s'émietter. Avant d'entrer en maison de retraite, et grâce à Nathalie, la jeune femme qui fait son ménage, il va pouvoir remettre en ordre quelques souvenirs...

Voilà une très très chouette découverte qui fera tout à fait l'affaire pour un roman estival, même s'il manque selon certains critères de légèreté et de fanfreluches. Mais en revanche, on a du mystère, de l'amitié, des émotions, du suspense, bref un bon cocktail bien divertissant et fort bien construit.

Charles Dellestable met en scène deux histoires qui, vous vous en doutez, finissent par se recouper et ne faire plus qu'une. D'un côté, Paul, Nina, Oscar et Gaby, quatre parisiens à la réputation sans tâche  décident de fuir la capitale pour tenter de rejoindre les États-Unis, patrie d'Oscar. De l'autre, Hélène, et ses deux enfants Diane et Maurice, se sont repliés dans leur maison de campagne près de Bordeaux, et tous attendent le retour du père. Vivre semble devenu impossible quand tous craignent sa mort. L'arrivée au Paradis des quatre Parisiens va redonner vie à ce trio, surtout à cette mère que ses enfants regardent d'un oeil triste, n'osant plus rire ou vivre devant elle.

"Maman s'insouciait. J'ai créé ce verbe pour elle cette nuit, en toutes lettres, pour réparer une grave injustice, car s'il est naturel de se soucier, il devient extravagant d'entamer le processus inverse à tel point que le verbe n'a pas été jugé assez pertinent pour être admis par la langue française. Injustice réparée." (p. 183)

Couronné par le prix du Nouveaux Talents 2013, Paradis 05-40 retrace l'histoire d'une fuite, de fuites devrai-je plutôt dire, celle de ces quatre personnages dont la façade cache quelques failles, celle de la mémoire de Maurice, celle de Nathalie qui cherche à se reconstruire, celle de la tristesse qui va peu à peu s'égarer dans les murs du Paradis pour finalement s'évader ailleurs... Une très belle histoire qui démontre combien certaines rencontres peuvent bouleverser nos vies.

"J'ignore pourquoi la présence de ces deux couples me réchauffe tant le coeur. Ce sont les membres d'un cirque un peu snob que le hasard a parachuté en plein Périgord. Ils sont venus redonner vie à une vieille bâtisse démodée que grâce à eux je réapprends à aimer." (p 104)

Ce qu'on en dit ailleurs :

  • Des galipettes entre les lignes : "J’ai particulièrement apprécié l’aspect polyphonique et multisupport du texte, comme si une seule voix ne suffisait pas à tout dire."
  • Mes promenades culturelles : "Entre passé et présent, entre ce fameux "paradis" (vieille bâtisse dans laquelle se réunissaient les copains pendant la guerre) et l'appartement de Maurice, le lecteur se laisse prendre à ce voyage dans la mémoire, à cette cohabitation entre les générations."
  • Les lectures de Ollie : "L'écriture est très fluide, très douce et fait qu'on lit ce livre très vite. L'auteur ne prends pas la plume pour montrer qu'il s'y connaît sur l'Exode, il la prend seulement pour nous raconter une belle histoire sur la vie."
  • Ma bouquinerie : "Le rythme est donc efficace puisqu’on suit plusieurs histoires qui finissent par se croiser, se répondre, se compléter même: à la suite d’un article du journal de Diane, Maurice ajoute une confidence pour le prolonger."

Texte © Miss Alfie 2013.
Édition présentée : Paradis 05-40, Charles Dellestable, Éditions JC Lattès, 2013, 300 pages.