Je suis en retard cette semaine pour ma participation à l'atelier de Leiloona, mais en regardant quelqeus minutes cette photo, tout de suite une histoire s'est construite sous mes yeux...

rue2

Ne détournez pas les yeux, je ne fais que passer.
Passer devant vous, sans vous interpeller.
Passer devant vous, sans que vous me jetiez un seul regard.

Je vous dérange, avec mon vieux manteau, mes chaussures dont la semelle se décolle et mon écharpe mitée.
Je vous dérange avec ma cigarette roulée, ma barbe de trois jours et mon odeur de crasse.
Tout en moi vous dérange, vous gène et vous débecte.

Détournez vite les yeux, jeune homme.
Détournez vite les yeux pour ne pas voir celui que vous pourriez devenir un jour.
Ne regardez pas, ne voyez pas, n’imaginez pas que je puisse être un être humain qui un jour fut à votre place, fringant dans son pantalon et sa chemise franchement repassés.

De cette époque, il ne me reste que mes cigarettes que je fumais en songeant au cours des céréales que j’allais faire prospérer.
De cette époque, j’ai conservé mon vieux manteau, que je tendais négligemment aux serveurs dans les luxueux restaurants qui me recevaient.
Plus un seul de ceux qui se disaient mes amis ne me regardent encore dans les yeux quand ils me croisent.

Je n’ai que faire, jeune homme, de votre indifférence.
Je n’ai que faire de la haine que la société semble avoir constitué à mon encontre.
Je n’ai que faire puisqu’il me reste la plus grande richesse du monde, celle que vous avez sans doute oublié dans votre quotidien de working boy, celle de rêver...

Une participation au rendez-vous de Leiloona "Une photo, quelques mots"

une-photo-quelques-mots2

Texte © Miss Alfie 2013.
Image © Romain Cazaux.