une mémoire d'éléphantAlors qu'elle se rend à un déjeuner littéraire, l'écrivain Ariane Oliver est interpellée par une femme se présentant comme la mère du fiancé de l'une de ses filleule. Avant que les deux jeunes gens ne se marie, la mère semble soucieuse de découvrir les circonstances de la mort des parents de Célia. Double suicide ? Meurtre ? Et pourquoi un tel empressement de la part de cette femme ? Ariane Oliver se tourne vers son ami Poirot pour éclaircir la situation...

Vous connaissez mes principes. Quand on a peu de temps, un petit Agatha Christie est toujours bon à prendre ! Et quand vous décidez de vous remettre au sport, qu'il y a du monde à la maison, et qu'il faut conjuguer la lecture et la correction de mémoire pour le boulot, autant vous dire qu'un Agatha ne fait jamais de mal !

Une mémoire d'éléphant fait partie des derniers romans d'Agatha Christie, puisqu'il est publié en 1972 et que la dame décédera en janvier 1976, et j'ai trouvé qu'on sentait les quatre-vingt ans de la dame dans son écriture... A plusieurs reprises, certains échanges entre les personnages m'ont semblé longuets, redondants. J'ai aussi perçu une sorte de décalage entre ses principes et l'évolution de la société dans les années 70. Ses personnages apparaissent parfois désuets si l'on se replace dans le contexte de l'époque, d'autant qu'elle donne quelques indices qui laissent à penser qu'elle situe dans son époque ses histoires. Pour autant, elle réussit à construire une intrigue originale, qui se met tranquillement en place, et le lecteur affuté découvrira en même temps que Poirot le fin mot de l'histoire.

Si ce roman ne fait pas partie des plus brillants d'Agatha Christie à mon sens, une fois de plus, voilà de quoi passer un bon moment de lecture, à condition de ne pas être trop exigent, évidemment !

Agatha_ChristieUne lecture qui s'inscrit dans le cadre du Challenge Agatha Christie organisé par George.

Texte © Miss Alfie 2013.
Édition présentée : Une mémoire d'éléphant, Agatha Christie, traduit de l'anglais par Catherine Richard (nouvelle traduction), Éditions Le Masque, Collection Masque Christie, 2006, 252 pages.