CDACOUVLes murs ont été construits depuis tellement longtemps... La vie dans la Ville Lumière est devenue sombre et oppressante. Mais un espoir subsiste. Il y a bien longtemps, une rumeur est née. Elle dit qu’un homme, le Passeur, trouvera la voie qui mène à la porte de lumière, et qu’il guidera les habitants de la ville jusqu’à cette Cité où les hommes et les femmes vivront ensemble en harmonie. Aujourd’hui cette rumeur n’en est plus une, elle est devenue une légende. Celle de la Cité de l’Arche.

Là encore, c'est le dealer qui m'a envoyé vers la Cité de l'Arche. Il est bien, ce dealer, c'est que, même si c'est pas forcément le domaine que j'apprécie, il sait quand même que ça peut me plaire. Et moi, pauvre hère que je suis, aveuglé par l'humanisme du garçon, je me jette là-dessus comme un mort de faim. Il faut également préciser que l'auteur, qui est à la fois scénariste et dessinateur, est passé à la boutique du dealer pour une séance de dédicaces. Et moi, dans une séance de dédicaces, quand je suis en face de l'auteur, je sais jamais quoi dire, j'ai souvent l'air ridicule de ceux qui se retrouvent en face de ceux qui ont un talent alors que moi, bon, voilà, quoi, hein. Du coup, j'ai bien vu que là, Olivier Boiscommun m'a pris pour un sérieux ahuri.

CDAPLBien, revenons-en à notre Cité de l'Arche. Il s'agit d'un récit en complet en trois tomes dont la construction est des plus classiques. On pose les personnages et l'intrigue dans le tome 1, on fait évoluer l'histoire avec un cliffhanger dans le tome 2 et on conclut le tout dans le tome 3. Il s'agit également de science-fiction, plus précisément d'anticipation. On devine rapidement où l'histoire se joue à l'aide des indices disséminés dans les planches et le dénouement, bien foutu, offre au lecteur une réflexion sur l'environnement, l'écologie et un futur possible si l'homme ne réagit pas quant à son comportement vis-à-vis de la planète. De ce côté, Olivier Boiscommun prêche un convaincu. Si je vous parle régulièrement de Deuxième Guerre Mondiale (et non de Seconde), c'est que la Troisième va pas tarder à survenir. Détail, un petit autocollant sur le troisième tome indique "Fin de cycle". L'auteur m'a expliqué qu'il s'agissait d'un choix de l'éditeur et non son ambition de créer un cycle suivant.

On parle un peu dessin. Pour vous dire, j'ai vu le garçon bosser pour la séance de dédicaces, c'est épatant. Alors que des dessinateurs font des formes, des ébauches avant de faire le trait définitif, là, avec Olivier Boiscommun, tout sort comme ça, d'un trait. C'en est proprement énervant. Les traits des personnages sont à peine exagérés mais c'est qui donne le charme de la série. Les paysages et décors sont somptueux. Les couleurs, tout en tons de jaune rendent également l'aspect fermé de la Ville Lumière. Bref, Olivier Boiscommun signe une jolie série, dont l'histoire monte en régime au fur et à mesure des trois tomes et parfaitement par une touche graphique plutôt classe.

Logo BD Mango Noir
à l'initiative de Mango !

Texte © Alfie's mec 2013.
Couverture et planche (T1) : La Cité de l'Arche, Olivier Boiscommun, Éditions Drugstore, 2010 (pour le tome 1)