AGARecueil de chroniques judiciaires écrites par un avocat au Barreau de Lille.

J'ai découvert Maître Mô avec cette chronique. Si l'envie vous prend d'aller la lire, je vous précise d'emblée qu'elle est d'une rare violence et qu'elle retourne un peu les tripes. C'est donc sur ce site que j'apprends qu'un recueil de chroniques était préalablement sorti et qu'il ressort en février 2013 en poche, chez 10-18. L'écriture ciselée et limpide finit de me convaincre, je plonge dedans.

Il s'agit de plus qu'un recueil de chroniques judiciaires, c'est un manuel de la relation entre un avocat et un client. Client présumé innocent ou finalement jugé coupable, dossier relativement simple ou tellement complexe par les faits ou le contexte, tout y passe. La première chronique, légère, sur la première plaidoirie de l'avocat, divertira le lecteur. Les autres beaucoup moins... Deux chroniques sont particulièrement pénibles. Par le contenu de l'affaire en lui-même, pas par la chronique toujours passionnante. Celle qui donne son nom à l'ouvrage raconte la procédure et le procès d'un homme suspecté du meurtre de son épouse. Lui clame son innocence et son avocat en est convaincu. Maître Mô fait vivre le procès de l'intérieur, jusqu'à sa plaidoirie, au verdict et au dénouement en plusieurs instants tous plus surprenants. L'autre chronique choc concerne ces trois marginaux qui, sous prétexte d'avoir croisé une quatrième personne qu'ils jugent encore plus marginale qu'eux en font un esclave pendant 60 jours. La description par le menu des différents sévices subis est parfaitement insupportable, pas seulement pour le lecteur puisque la lecture des faits demandera le remplacement de trois jurés de la Cour d'Assises pris de malaises. Là encore, le dénouement est tragique mais à la fois, malheureusement et terriblement prévisible.

Dans ce livre, on a tout ce que le monde fait de pire : violences, meurtres, viols, violences conjugales, etc. Sur chaque dossier, l'avocat peut se trouver dû côté victime ou du côté présumé coupable. Ces chroniques permettent d'appréhender le travail de l'avocat dans sa relation avec son client dans le but d'optimiser sa défense. C'est une lecture difficile par le contenu mais appréciable sur le fond tant on se rend compte que, malgré certains actes forcément répréhensibles, l'avocat cherche à faire ressortir la part d'humanité qu'il y a en chacun de ses clients. Elle est parfois difficile à trouver mais c'est là toute l'essence de ce métier.

Texte © Alfie's mec 2013.
Couverture : Au guet-apens, Maître Mô, Éditions 10-18, 2013.