DDD COUVChine, XIe siècle. Aveuglé par sa soif d'immortalité, l'empereur Renzong des Song capture un Phénix, animal sacré, provoquant la colère du Dragon Ying Long. Le chaos s'abat alors sur l'Empire. L'ordre universel est brisé. Une seule chose pourrait peut-être apaiser le grand serpent, une chose inestimable aux yeux de l'empereur... sacrifier son fils, l'unique héritier de la dynastie des Song.

Autant vous le dire tout de suite, l'Asie, ça ne me fait pas rêver. Si je devais partir pour un graaaaand voyage, je n'irai pas en Chine ou au Japon ou dans ces coins-là. Bof, quoi. Déjà, la viande canine, il faut aimer ça et moi, ben j'aime pas. J'ai jamais goûté mais sur le principe, je suis pas fan. Et puis la culture asiatique ne m'attire pas plus que ça, voilà, c'est tout, c'est pas non plus la peine d'en faire tout un fromage. Alors, pourquoi cette série ? Pourquoi cette histoire (complète en trois volumes) ? Parce que j'ai feuilleté les premières pages, que l'histoire avait l'air pas mal et que les dessins étaient plutôt chouettes.

Commençons tout de suite par les dessins, qu'on tue le suspense, ils sont juste splendides. Le découpage des planches met en valeur le trait fin et les couleurs puissantes. De plus, certaines planches (voire double-planches) ne sont qu'une seule grande image absolument magnifique. Les dragons sont bien foutus, les différents personnages sont globalement reconnaissables et l'héroïne est d'une beauté désarmante. Ah oui, parce qu'autant je ne suis pas attiré par l'Asie en général, autant le charme des demoiselles locales ne me laisse pas insensible. Mais bon, je m'égare et pas seulement Montparnasse. Bref, les dessins, une véritable merveille.

DDD PLCôté scénario, pour être totalement franc, à la lecture du tome 1, j'ai eu peur de perdre un peu le fil. Je m'explique. Quand vous ouvrez votre album, vous avez le droit à une belle carte de la Chine de l'époque et ses trois royaumes qui ne portent pas le même nom que la dynastie qui les dirige. Là, déjà, c'est un peu le bordel. Ensuite, tout le monde intervient. L'empereur Song doit envoyer son fils dans un autre royaume et le troisième intervient, bref, ça se complique un peu. En fait, à la lecture et au fur et à mesure des pages, ça s'éclaircit et on se laisse porter par le scénario particulièrement bien ficelé.

Autre atout de cette série, même si elle relève de la fiction pure (parce qu'on n'a jamais vu de dragons, encore moins de dragons qui parlent), on a un aspect historique bien présent dans l'histoire. Par l'intermédiaire de petites notes en bas de pages, les auteurs intègrent leur histoire dans un contexte bien réel. Aussi, La Dynastie des Dragons est une excellente série (complète en trois tomes, donc) dont l'histoire passionnante se laisse porter par un dessin sublime. Une vraie réussite, donc.

Logo BD Mango Noir
à l'initiative de Mango !

Texte © Alfie's mec 2013.
Couverture : La Dynastie des Dragons, Herbeau, Civiello, Éditions Delcourt, 2010.