en souvenir d'andreUn médecin relate son parcours précurseur dans l'assistance à la fin de vie. Praticien dans une unité anti-douleur, il n'hésita pas avant la légalisation de l'acte dans son pays à assister les personnes à mourir...

Un nouveau Martin Winckler, ça se lit, d'office, surtout quand ça parle de sujets sensibles et prêtant à débat. Winckler, l'homme de la maison vous en a déjà parlé et moi aussi. Winckler, c'est un auteur percutant, qui marque, qui peut choquer, mais c'est un médecin qui véhicule dans ses romans une dose d'humanité, d'écoute et d'éthique qui manque à bien des gens.

Dans son nouveau roman, Martin Winckler frappe fort en abordant un sujet extrêmement polémique, régulièrement remis au goût du jour des débats tant sociaux que parlementaires, à savoir l'accompagnement à la fin de vie, le suicide assisté, l'euthanasie, je vous laisse le choix de l'expression que vous préférerez. Comme toujours, les propos de Martin Winckler peuvent apparaître extrêmes, chocs, mais en même temps, c'est parce qu'il ose l'extrême qu'il réussit à nous marquer et à nous interpeller.

Le médecin qu'il met en scène intervient dans un centre anti-douleur, il maîtrise les substances qui apportent confort et soulagement, et n'hésite pas à forcer un peu la dose si le patient le lui demande, s'il perçoit que c'est le bon moment, et que les quelques jours de vie supplémentaires n'apporteront rien de plus. Oui, en France, c'est une pratique illégale. Pourtant, la frontière entre soulager la douleur et aider à mourir peut parfois paraître bien floue pour le naïf... A partir de quand une dose de morphine sera-t-elle mortelle ?

A travers cette fiction une fois de plus très réaliste, Martin Winckler interpelle son lecteur, tant par le fond que par la forme, et nous amène à nous interroger : qui a le droit de décider de notre vie et de notre mort ? Pourquoi ces pratiques sont-elles autorisées dans des pays voisins et pas en France ? La médecine doit-elle maintenir en vie à tout prix ? Peut-elle entendre le souhait d'un patient, et comment ? Autant de questions auxquelles le livre n'a pas vocation à apporter de réponse, mais qui émergent dans l'esprit du lecteur en compagnie de ce médecin encore une fois atypique. Un livre à ne pas manquer, mais à aborder avec courage.

Texte © Miss Alfie 2013.
Édition présentée : En souvenir d'André, Martin Winckler, Éditions P.O.L, 2012, 196 pages.