UBCOUVMars 1945, un sous-marin allemand traverse l'Atlantique avec un chargement particulier.
Mai 1951, une expédition en Amazonie tombe par hasard sur un sous-marin échoué dans la vase avec à l'intérieur, un homme qui divague.
Juin 2059, à Venise, un jeune homme est assassiné alors qu'il travaille une thèse économique.

Voilà une série complète en trois tomes qui commence plutôt bien avec un tome 1 qui pose de bonnes bases et qui finit pas forcément super bien. Je m'explique. L'histoire présentée par le tome 1 permet au lecteur de se poser plein de questions sur les différents personnages, leurs relations entre eux, l'intérêt d'avoir une partie dans le futur alors qu'on s'intéresse potentiellement à un nazi, etc. La construction est intéressante avec un découpage rythmé qui nous fait passer rapidement d'une époque à l'autre. Malheureusement, la promesse du tome 1 n'est pas tenue et l'histoire part carrément en sucette dans les tomes suivants.

D'une part, le découpage à la machette s'intensifie avec, parfois, les trois époques en trois pages. D'autre part, le scénario part vers un thème scientifico-fitctionno-mystique assez quelconque et une histoire de vengeance vient se greffer là-dessus. Là, j'entends déjà des voix qui s'élèvent : "dis donc, vieux, une histoire qui te fait passer ponctuellement en 2059, tu te doutais pas que ça aller être un peu de la SF ?" Si, clairement, je ne vais pas vous dire le contraire mais on a le droit de faire de la SF sans faire de la SF de supermarché avec des thèmes ultra rebattus.

Côté dessin, pas de gros reproches à signaler. Les personnages sont aisément reconnaissables, les émotions bien retranscrites, les décors bien construits. L'exiguité du sous-marin est par exemple bien rendue. On notera une petite facilité de l'auteur sur les dessins de ciel (aaah, le copier-coller...). Les mauvaises langues crtiqueront la vision un peu old-school de la vie en 2059 (plein d'électronique, véhicules volants, etc.) mais ce n'est pas méchant et bon, ça passe pas trop mal à la lecture. Il n'empêche que cette série U-Boot qui s'annonçait prometteuse est relativement décevante, l'histoire n'étant pas complètement à la hauteur.

Logo BD Mango Noir
à l'initiative de Mango !

Texte © Alfie's mec 2012.
Couverture : U-Boot, Jean-Yves Delitte, Éditions 12bis, 2011 et 2012