les yeux au cielLes 70 ans de Noé sont l'occasion pour ses quatre enfants de se rassembler dans la grande maison familiale de Saint Lunaire accompagnés de la nouvelle génération. Quand les petits commencent à poser certaines questions, il y a des adultes qui se referment. Que peut donc bien cacher cette Malouinière ?

Quand ma librairie me dit "compagne d'Olivier Adam", "Bretagne" et "Saint Malo", je n'hésite guère à prendre ce petit roman en me disant qu'au pire des cas, avec moins de deux cents pages, il ne m'ennuyera pas longtemps. Le problème d'un roman qui se lit aussi vite, c'est qu'on aimerait bien pouvoir le prolonger quand on aime l'univers que crée l'auteur !

Dans Les yeux au ciel, Karine Reysset nous livre une histoire de famille touchante, marquée (une fois encore) par un drame demeuré plus ou moins secret, une tragédie que chacun porte en soi sans toujours bien comprendre. Avec des mots justes, sans fioriture, elle décrit des personnages écorchés, fragiles, qui tentent de vivre autour de cette maison si rassurante, et pourtant si mystérieuse. Elle nous décrit par petites touches la psychologie de ces hommes et de ses femmes que la vie a éloigné les uns des autres, qui vivent autour de l'absence. Car finalement, c'est l'absence qui pourrait être le personnage principal de ce roman. Mais je ne vous en dirai pas plus...

En nous entraînant sur les plages de la côte nord, de Saint Malo à Saint Lunaire, Karine Reysset nous offre une aquarelle intime teintée d'eau de mer. Une eau de mer au goût parfois si proche des larmes... Un roman que l'on aimerait prolonger, pour aider tous ces êtres blessés à panser leurs plaies sur les rochers de la Bretagne...

Texte © Miss Alfie 2012.
Édition présentée : Les yeux au ciel, Karine Reysset, Éditions Points, 2012, 188 pages.