traquer les ombresStephen Bryan, jeune universitaire, est retrouvé mort à son domicile. Un cambriolage qui aurait mal tourné ? Une rupture amoureuse compliquée ? A moins que cela n'ait à voir avec le livre qu'il projetait d'écrire sur une star du cinéma méconnue et tragiquement disparue...

Traquer les ombres fait partie de ces romans policiers que je qualifierai de très classique mais également très bon. Oui, j'ai passé un très bon moment et ai globalement englouti les cinq cent pages de ce roman ! John Harvey y met en scène un duo mixte d'enquêteurs que l'on suit sur l'enquête mais aussi sur leur vie privée. OK, l'aspect "vie privée" n'apporte pas grand chose à l'intrigue, mais on découvre deux personnages humains, proches de monsieur et madame tout le monde, en proie à leurs questionnements et à leurs difficultés propres.

Côté intrigue, la première moitié m'a paru bien rythmée. Une fois le cadavre découvert, les enquêteurs explorent différentes pistes, quelques personnages secondaires font leur apparition. A la moitié du roman, les choses commencent à se tasser. D'autres intrigues parallèles prennent le pas sur la recherche du meurtrier mais le dernier quart laissera peu de place aux questionnements : les différentes enquêtes en cours seront solutionnées et tout ce petit monde pourra rentrer sereinement chez soi.

S'il ne vient pas révolutionner le genre, Traquer les ombres est un bon roman policier de facture classique qui nous offre une vision de l'Angleterre loin des clichés londoniens et loin des petits pavillons cossus de banlieue. Racisme et violence ne sont pas si loin que ça, cachés derrière les briques et les bow-windows...

Texte © Miss Alfie 2012.
Édition présentée : Traquer les ombres, John Harvey, Éditions Rivages, Collection Rivages/Noir, 2011, 509 pages.