Desktop3Rappelez-vous, il y a de ça quelques mois, à l'époque où mes chroniques étaient d'une insipidité navrante, je vous avais parlé de 7 Yakuzas, un tome de la saison 1 de 7. En vous promettant de venir vous parler des autres tomes. Heureusement que votre mémoire de poisson rouge ne vous a pas demandé de ma rappeler à l'ordre sinon, j'aurais fini par me faire insulter. Donc voici une chronique pour l'intégrale de la saison 1. Je rappelle le gimmick de la série. Un album est une histoire pleine et entière. Il rassemble sept personnages qu'un but réunit. L'avantage, c'est qu'on a une histoire dans un seul album. L'inconvénient, c'est que, parfois, c'est un peu juste pour bien raconter cette histoire. Je rentre un peu dans le détail.

7 Psychopathes - Fabien Vehlmann, Sean Phillips
L'histoire est celle d'un homme qui rassemble autour de lui 6 personnes plus ou moins psychologiquement stables dans un seul but: éliminer Hitler, ce sémillant chef d'Etat de la première moitié du 20è siècle. C'est sans doute avec 7 Yakuzas le meilleur album de la saison 1. Pourtant, il souffre d'un handicap majeur : la constitution de l'équipe est bien trop longue. Du coup, derrière, l'histoire de butage d'Hitler est plus courte que ce qu'elle aurait méritée d'être. Cependant, le scénario, extraordinaire, inventif et audacieux, relève largement cet écueil. Les sept personnages ont le mérite d'être bien barrés et très distincts. Le dessin joue quant à lui beaucoup sur les jeux d'ombre et l'ambiance de la guerre et de la psychose est bien retranscrite dans le dessin.

7 Voleurs - David Chauvel, Jérôme Lereculey
Deux voleurs de métier sont contactés par deux nains afin de récupérer le trésor du peuple nain enfoui sous la montagne. Là, on change complètement de domaine pour rentrer de plain-pied dans l'héroïc-fantasy. Des hommes, des nains, des orcs, des gentils, des méchants, des traîtres. Un scénario sympathique mais convenu. Un dessin digne de l'héroïc en BD sans grande originalité. Bref, une histoire sympa mais qui ne restera pas forcément dans les annales.

7 Pirates - Pascal Bertho, Tim McBurnie
Une suite imaginée de l'Ile au Trésor où l'on retrouve Jim Hawkins et ses acolytes. Un bon one-shot surtout mis en valeur par le très beau dessin de McBurnie qui joue beaucoup avec les couleurs pastels. L'histoire quant à elle est un classique de l'histoire de pirates avec une expédition maritime, une recherche de trésors, des rebondissements, etc.

7 Missionnaires - Alain Ayrolles, Luigi Critone
Sept missionnaires sont chargés d'évangéliser des Vikings afin d'expier leurs fautes. Sous couvert d'une histoire sérieuse, les auteurs livrent là un album franchement drôle par moments, les moines n'en ratant pas une pour faire montre de leur faculté de pêcher. Sept moines, sept pêchés capitaux, le rapprochement est simple mais bien fait. Le dessin est chouette, l'histoire bien menée et bien racontée, les personnages étant vite présentés. Un des bons albums de la série.

7 Guerrières - Michaël Le Galli, Francis Manapul
Sept guerrières charger de protéger le fils héritier d'un royaume attaqué de toutes parts. Cet album vaut pour son scénario et son rebondissement final, inattendu. A côté de ça, on a à faire avec une histoire somme toute classique d'une expédition mouvementée servie par des dessins agréables et classiques du genre.

7 Yakuzas - Jean-David Morvan, Takahashi Hikaru
Le meilleur de la saison 1. Voir chronique intégrale ici.

7 Prisonniers - Mathieu Gabella, Patrick Tandiang
Une mission est montée par un milliardaire pour faire la lumière sur la découverte d'une grotte préhistorique sur la Lune. C'est dela science-fiction, pure et dure. Je ne suis jamais rentré dedans, je ne l'ai pas terminé. La SF, c'est vraiment pas ma came, je ne peux donc pas donner un avis tranché sur l'album. Les dessin est facture somme toute assez classique

Pour résumer :
Indispensable : 7 Psychopathes, 7 Yakuzas
Très bon : 7 Missionnaires
Intéressant : 7 Guerrières, 7 Pirates
Pas trépidant : 7 Voleurs, 7 Prisonniers

Logo BD Mango Noir
à l'initiative de Mango !

Texte © Alfie's mec 2012.