la-vie-d-une-autreUn matin, Marie se réveille, persuadée qu'elle vient tout juste de rencontrer l'homme allongé à côté d'elle. Rapidement, elle découvre qu'elle est en fait marié avec lui, mère de trois enfants, au chômage, et que douze années se sont écoulées sans qu'elle en conserve la moindre trace.

Après la lecture de La grand-mère de Jade, La vie d'une autre m'a permis de reprendre contact avec l'écriture de Frédérique Deghelt dans un roman très étonnant, parfois même étrange. Je rassure tout de suite les inquiets ou les dubitatifs, tout ce que vous lirez dans cette histoire est réaliste, il n'y est pas question d'extra-terrestres vous effaçant la mémoire ou de coup monté par votre famille. Non, Marie va bien se réveiller un matin sans aucun souvenir des douze dernières années. Elle entame alors une quête silencieuse et secrète pour tenter de remettre en forme le puzzle de sa vie, et va découvrir une vie loin d'être celle qu'elle s'imaginait douze ans plus tôt.

Au cours de ma lecture, si Marie m'a globalement interpellée et surprise (une femme qui découvre avec un tel flegme qu'elle n'a plus de mémoire a tendance à m'épater, moi qui flippe dès qu'une goutte de pluie tombe de travers), j'ai eu la sensation d'une évolution. Dans le début de l'histoire, Marie s'atèle surtout à retrouver ses repères matériaux et pratiques, trouver une excuse pour dénicher l'adresse de sa mère, fouiller dans tous les papiers pour savoir où on habite, quels sont les revenus mensuels, quel est le code de la carte bleue, faire semblant pour s'occuper des enfants, le tout sans laisser paraître son amnésie... Alors c'est vrai que tout cela a, malgré ce que j'ai pu écrire plus haut, un côté irréaliste. En tout cas, je peux vous dire que si on me collait trois marmots dans les pattes du jour au lendemain, je serai loin de savoir m'y prendre, et ça se verrai bien comme il faut !!!

Par contre, là où le livre devient intéressant, ou disons très intéressant, c'est quand Marie décide de comprendre qui était cette femme qu'elle a effacé de sa mémoire, ce qui a pu se passer pour qu'elle oublie tout, comment elle est devenue ce qu'elle est, à des kilomètres de celle qu'elle voulait devenir à 25 ans. S'engage alors une réflexion sur le couple, sur la capacité à maintenir un idéal douze ans après, sur la routine qui peut s'installer, et sur cette amnésie qui apparaît finalement comme une bouffée d'oxygène pour ce couple qui ne semblait pas aller si bien qu'il voulait bien le laisser paraître.

Avec La vie d'une autre, j'ai retrouvé avec plaisir la capacité de Frédérique Deghelt à nous interpeller sur le sens de la vie, sur nos idéaux et notre capacité à les mettre en pratique, et même si ce livre n'aura pas une place en tant que coup de coeur dans mon panthéon littéraire car j'ai toujours du mal avec ces visions de la famille trop caractérisées (le mari, les gamins, la maison de vacances dans le sud, tout beau, tout propret), il reste une belle découverte qui m'incite à poursuivre la lecture de cette auteure.

A noter qu'une adaptation sortira au cinéma le 7 décembre 2011, réalisée par Sylvie Testud et avec Juliette Binoche et Matthieu Kassovitz dans les rôles de Marie et Pablo.

Texte © Miss Alfie 2011.
Édition lue : La vie d'une autre, Frédérique Deghelt, éditions Actes Sud, collection Babel, 2008, 340 pages.