les souvenirsUn homme raconte le décès de son grand-père et ses conséquences... Son père et ses oncles décident rapidement de placer la grand-mère en maison de retraite. Au gré des souvenirs des personnes qu'il croise, il remonte le passé et s'avance dans son futur.

A l'occasion de l'opération "La rentrée littéraire en avant-première !" organisée par la librairie Furet du Nord et Libfly, j'ai reçu ce dernier opus de David Foenkinos. Un titre, un auteur, c'étaient les seuls éléments dont je disposais alors. Pas un article publié à ce moment là, pas un résumé, pas un pitch. Juste quatre mots sur la couverture estampillée Gallimard. Bon, ceci dit, Foenkinos, j'en ai déjà lu (Le potentiel érotique de ma femme, La délicatesse), et si mes avis étaient partagés en fonction de mes lectures, il s'agit d'un auteur dont j'aime globalement la plume, de quoi partir avec un a priori positif !

Avec ce nouveau roman, David Foenkinos nous propose une histoire dont on ne sait s'il s'agit d'une pure fiction ou d'un récit à tendance autobiographique... Le narrateur, totalement anonyme, dont on ne connaît même pas le prénom ni même l'âge précis, nous embarque dans le récit de quelques mois, voire années, qui ont bouleversé sa vie, l'amenant à  prendre conscience de l'importance des souvenirs, de la transmission...

Entrecoupé de souvenirs plus ou moins réels de personnages plus ou moins fictifs, l'histoire que nous conte David Foenkinos pourrait être celle de n'importe qui : un grand-père qui décède, une grand-mère placée contre son gré en maison de retraite, un couple parental qui doit retrouver un équilibre avec le passage en retraite de madame... Et au milieu de ces événement, toujours ces souvenirs, qui créent une histoire familiale qui va ensuite se transmettre de génération en génération... Car c'est finalement le but de ce roman, il me semble : nous rappeler l'héritage qui se cache en chaque personne, et l'importance de connaître cet héritage pour pouvoir soi-même se constituer ses propres souvenirs que l'on transmettra, et ainsi de suite...

Alors que je ne savais pas à quoi m'attendre avec Les souvenirs, je suis entrée dans un livre qui m'a profondément touchée. Parce que c'est un livre qui parle de vieillesse. Parce que c'est un livre qui parle d'héritage familial. Parce que j'aime quand ma grand-mère me raconte l'avant. Parce que c'est un livre qui fait intervenir le passé et ce qu'on en garde avec des personnages qui parfois oublient ces souvenirs, atteints d'un Alzheimer qui efface peu à peu la mémoire et l'histoire de chacun. Parce que j'ai vu cette saloperie grignoter peu à peu tout ce que mon autre grand-père aurait pu encore me transmettre...

Avec cette nouveauté de l'automne, David Foenkinos nous livre un roman totalement marqué de sa patte, dans lequel il joue avec les mots comme il sait si bien le faire, nous entrainant dans un univers marqué par l'amour, par le lien à l'autre, et qui interpelle sur des sujets aussi diversifiés que l'héritage familial ou la dépendance des personnes âgées.

image003
Un livre lu grâce au Furet du Nord et à Libfly, sortie prévue le 18 août 2011.

Texte © Miss Alfie 2011.
Edition lue : Les souvenirs, David Foenkinos, éditions Gallimard, collection Blanche, 2011, pages.