Les raisons du douteGuido Guerrieri est avocat à Bari. Il est contacté par un prévenu condamné pour trafic de drogue qui se déclare innocent. Réticent dans un premier temps du fait d'un contentieux ancien, Guido finit par accepter l'affaire après avoir rencontré l'épouse de Paolicelli.

Cela fait plus d'un an que j'avais noté ce titre italien, car j'avoue que je connais mal la littérature italienne, et particulièrement la littérature policière et noire italienne. Le pitch de ce livre me semblant attractif, je me suis lancée dans sa découverte à l'occasion de sa sortie en poche. Et une fois n'est pas coutume, j'ai découvert un personnage en prenant une série par son milieu puisque Les raisons du doute est le quatrième roman de Gianrico Carofiglio et mettant en scène Guido Guerrieri.

Autant vous le dire tout de suite, ce Guido ne m'a pas plu tant que ça. J'ai eu l'impression d'avoir devant moi l'achétype du beau parleur italien, n'hésitant pas à s'écarter un peu de la réalité face à ses clients, mais surtout faible, un homme n'osant pas dire non, ni à son client qui fut l'un de ses agresseurs bien des années plus tôt et à qui il tient rancune, ni à l'épouse du dit client avec qui il n'hésite pas à créer le classique triangle amoureux. Rajouté à cela le fait que je ne connaisse rien des procédures judiciaires italiennes, procédures sur lesquelles se base forcément un legal thriller, j'avoue que Les raisons du doute ne feront pas partie de mon palmarès du mois, peut-être à tord car tout n'est pas à jeter dans ce roman, loin de là !

Sur la quatrième de couverture, une citation du Publishers Weekly compare Gianrico Carofiglio à Michael Connelly. Sur le fond, on peut effectivement retrouver dans l'italien un peu du talent de l'américain, mais comme le talent de Connelly pour moi tient beaucoup à l'affection que je ressens pour son héros Harry Bosch, je ne suis pas très objective puisque je viens de vous expliquer que l'avocat italien ne bénéficie pas des mêmes faveurs de ma part que le flic américain ! Ceci dit, si l'on tente d'être objectif, Carofiglio nous propose en effet un polar juridique que l'on peut rapprocher des écrits de Connelly, facile d'accès, n'entrant pas trop dans les sphères de pouvoir ou les sphères politiques, comme peuvent le faire des auteurs comme DOA ou Dominique Manotti.

Mais c'est peut-être ce qui manque à cette intrigue, une dimension politique et anti-mafieuse affirmées. Dans une société italienne que l'on dit corrompue et dans laquelle la mafia occupe une place non négligeable, j'attendais sans doute un roman plus engagé, plus polémique, qui nous pointe du doigt de manière plus précise une justice corrompue et rompue aux ordres des parrains locaux... Aurai-je trop regardé Le Parrain ?!

Mais j'imagine que là n'était pas le but de Gianrico Carofiglio qui, s'il ne nous livre pas un roman politique engagé, réussit malgré tout à tenir le lecteur en haleine tout au long d'une enquête et d'un procès au coeur desquels on ne trouvera que le doute, ce doute à partir duquel un avocat peut faire basculer un jugement...

Texte © Miss Alfie 2011.
Édition lue : Les raisons du doute, Gianrico Carofiglio, traduit de l'italien par Nathalie Bauer, éditions Points, collection Points Policier, 2011, 275 pages.