doa2Une nuit, dans le vignoble toulousain, un homme coupe des grillages lorsqu'il est arrêté par une voiture qui vient de s'immobiliser à proximité. L'homme va être le témoin d'un triple meurtre commis par un motard anonyme. Autour de la petite ville de Moissac, des enjeux économiques, politiques, et tout simplement personnels vont se jouer.

Quelques semaines à peine après avoir lu Citoyens clandestins, me voilà de retour avec un second roman de DOA ! Il faut dire qu'à la fois certains de vos commentaires m'ont intrigué, et que cette curiosité fut confirmée par ma libraire, qui me conseilla fortement de ne pas attendre trop longtemps avant de me plonger dans Le serpent aux mille coupures. Et pour cause...

Cette lecture achevée, je comprends tout à fait que les lecteurs ne s'étant pas plongés dans Citoyens clandestins avant d'aborder Le serpent aux mille coupures puissent ne pas être emballés. Pour ma part, le premier restera pour l'instant comme mon roman préféré de cet auteur. Si le second est très bien fichu, qu'il nous fait voyager dans un univers toujours aussi violent, noir et sans concession, il ne s'avère cependant politiquement pas aussi poussé que Citoyens clandestins, ni aussi dense. Et il faut reconnaître que ce qui fait la difficulté de ce pavé fait aussi sa force.

Le serpent aux milles coupures ne va pas aussi loin. Il m'a paru rester en surface des questions politiques qui peuvent apparaître au fil des pages. La violence y est omniprésente et parfois semble gratuite (j'ai bien dit "semble"... Parfois, il s'agit juste de sauver sa peau...), mais c'est sans doute là la marque de DOA, un roman plus que sombre marqué par le sceau des narcotrafiquants et de l'individualité, où les cadavres se ramassent à la pelle, et dans lequel les âmes sensibles éviteront de se plonger, sous peine de faire quelques cauchemars !

Petit_bac
Roman lu pour le Challenge Petit Bac organisé par Enna, catégorie "Animal"...

Challenge_thriller
...et pour le challenge Thriller organisé par Cynthia.

Texte © Miss Alfie 2011.
Edition lue : Le serpent aux mille coupures, DOA, éditions Gallimard, collection Série noire, 2009, 216 pages.