9782266206464FSAlex a dix-neuf ans. En première année de fac d'anglais, il manque d'argent. Pour pallier au vide dans son frigo, il décide de proposer ses services en tant que baby-sitter ou prof de cours particuliers. Si le second job ne prend pas, le premier remporte rapidement un vif succès et Alex va croiser la route de plusieurs couples à des périodes clés de leurs vies...

J'avais lu différents avis sur ce titre de Jean-Philippe Blondel et m'étais mis dans la tête qu'il ne s'agissait pas d'un bouquin pour moi. Allez donc savoir pourquoi... Il aura fallu que je découvre une petite librairie sur Besançon et que j'échange avec sa propriétaire pour finalement me laisser tenter et laisser Le baby-sitter rejoindre ma PAL florissante. Et grand bien m'en a fait, car trois heures à peine après avoir lu sa première page, voilà un roman dévoré ! Certes, le fait de découvrir cette histoire sur le balcon, un samedi après-midi, avec le soleil, les oiseaux et le chuintement des feuilles d'arbre sous le vent pour compagnie rend tout de suite les choses plus agréables. Mais un contexte propice ne suffit pas à rendre un livre bon s'il ne l'est fondamentalement pas !

Or, Le baby-sitter est une histoire comme on devrait en lire plus souvent, l'histoire d'un être qui se laisse porter par le courant, ne se rendant pas forcément compte des changements qu'il provoque chez ceux dont il croise la route. L'écriture de Jean-Philippe Blondel nous propulse dans un univers musical et poétique, où les phrases coulent, vont et viennent, comme le flux et le reflux de la mer, aussi naturellement et spontanément. Nous suivons Alex au fil de son année universitaire, une année de changements, de découvertes, de remise en question quelque part, une année qui se termine avec ce dernier chapitre choral, point de rassemblement de toutes ces vies, de tous ces destins.

Après quelques heures de cette lecture totalement charmante, je n'avais qu'une envie : retourner dans la librairie embrasser la libraire qui me l'a conseillée sur les deux joues, car Le baby-sitter est une histoire de destins qui finissent par se croiser, par se donner des îlots de bonheur dans un quotidien parfois morose, des histoires peut-être un peu trop parfaites pour être vraies, mais qui font du bien au moral, nom d'une pipe !

Une petite immersion au coeur des pages ?

"Cela dure quelques minutes.
Quelques minutes échappées à la chronologie.
Quelques minutes précieuses, enfermées dans une bulle à souvenirs, il neigera dans leurs têtes quand ils la retourneront." (p. 123)
"Se résoudre.
Se dissoudre.
Alex n'aime pas les verbes en "oudre". Déjà, à l'école primaire, il ne parvenait pas à retenir leurs conjugaisons. Et quand on ne parvient pas à retenir une conjugaison, c'est que le verbe n'existe pratiquement pas." (p. 161)
"C'est moi qui lui ai fait remarque que, mine de rien, il reliait entre eux des gens qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Qu'il créait des fils ténus, mais réels, et que ces fils permettaient aux autres de se sentir mieux." (p. 206)
"Les dépressifs et ceux qui ont des problèmes psychiques ou psychiatriques m'attirent, mais ils me font peur aussi. Je crois que je les reconnais. Je suis persuadé qu'un jour, je passerai par où ils passent. Pour l'instant, je refuse." (p. 209)

A lire aussi :
Contrairement à ce que j'ai pu ressentir, In Cold Blog a "eu un gros coup de blues en lisant ce livre." Je vous invite à aller lire son article très intéressant, d'autant qu'il a aimé malgré ce coup de blues, et il vous dira pourquoi !
Pour Leiloona, c'est un livre à livre quand on ne veut pas de compliqué... "En somme, devant le lecteur, s'étale une tranche de vie bien réaliste. Un roman assez frais qui ne tombe pas non plus dans le guimauve puisque la vie se révèle parfois cruelle sans crier gare."
L'avis de Saxaoul se rapproche sacrément du mien : "Une histoire qui fait du bien au moral, une histoire qui ressemble à la vie."
En revanche, Amanda Meyre n'a pas accroché : "Pas pour moi, donc, ce dernier Blondel."
Enfin, je vous conseille également l'article de Thomas, succulent !

Petit_bac
Roman lu pour le Challenge Petit Bac organisé par Enna, catégorie "Métier".

Texte © Miss Alfie 2011, sauf citations.
Edition lue : Le baby-sitter, Jean-Philippe Blondel, éditions Pocket, 2011, 248 pages.