chaos_sur_brugesUn homme retrouvé mort au petit matin dans Bruges, la statut d'un poète local plastifiée, voilà deux dossiers qui arrivent coup sur coup sur le bureau du commissaire adjoint Pieter Van In. L'homme se serait bien passé de cela, surtout que les autorités de la ville s'en mêlent toutes, craignant pour le tourisme dans leur cité lacustre. Aidé de son adjoint, Guido Versavel, et de la belle substitut du procureur Hannelore Martens, Van In va tenter de déjouer un complot à l'envergure bien plus importante que ce qu'il imaginait.

Après une première rencontre sympathique avec Pieter Van In il y a bientôt un an, j'ai eu envie de retourner arpenter les rues de Bruges en sa compagnie. En refermant Chaos sur Bruges, je me demande si j'ai bien fait... Autant Le carré de la vengeance, même s'il ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable, avait été agréable à lire, et j'avais apprécié le duo formé par le commissaire et la jeune substitut, autant Van In m'a énervé royalement dans ce deuxième opus de ses enquêtes.

Pourquoi ? Allez-vous me dire, à juste titre, puisque je l'avais apprécié dans le premier ! Et bien dans ce roman, il me fait l'effet d'un flic paumé comme on en voit trop dans la littérature policière, passant ses journées à picoler et à fumer en s'apitoyant sur son sort. Le concept de porter une chemise propre et un costume repassé semble loin de ses préoccupations, et Hannelore est encore bien trop gentille avec lui ! Enfin, peut-être ma patience avec ce type de personnage a-t-elle des limites maintenant...! En tout cas, sa manie de jurer son "Benson im Himmel" à tout bout de champ a clairement contribué à mon exaspération, même si on en comprend enfin l'origine et le sens !

En dehors de cela, Pieter Aspe nous propose une intrigue que j'ai trouvé bien complexe dans sa présentation et bien trop simple dans sa résolution, ancrée une nouvelle fois dans des histoires de famille alambiquées et bien trop liées pour être réalistes. La multiplication des personnages a fini par me perdre, jusqu'à ce que je feuillette rapidement quelques chapitres lus précédemment en fin de lecture, et que je réussisse enfin à faire le lien entre tout ce beau monde. Heureusement, la ville de Bruges tient encore une fois une place importante dans cette histoire, et bien que recouverte de neige dans cette affaire, apparait comme un personnage central de cette narration, gorgée d'histoire et de fierté !

En bref, un roman policier dont j'espérais beaucoup plus et qui me laisse sur ma faim... Je tenterai cependant de lire le troisième volet sorti en poche en fin d'année 2010, histoire de confirmer ou d'infirmer cette déception que j'espère passagère !

Une petite immersion au milieu des pages ?

"Dans l'escalier, ils croisèrent deux jeunes agent auxiliaires qui feignirent de ne rien avoir entendu.
"C'est lui, Van In ? demanda le plus jeune lorsqu'ils furent hors de vue.
- Oui, je crois, répondit l'autre.
- C'est vrai qu'il est un peu... ? demanda le premier en se tapant l'index sur la tempe.
- A ce qu'on dit.
- Et Vesavel ? demanda-t-il en faisant un geste explicite de la main.
- Ah, ça, c'est certain !""
(p. 85)

"Macha était à Bruges depuis deux ans. Elle était arrivée sans visa valable, comme tant de filles de l'ancien bloc de l'Est. Quand elle avait été ramassée, Van In avait eu pitié d'elle. Elle avait vingt-deux ans et fleurait bon la toundra. Ses pommettes saillantes, ses lèvres rouge corail et un corps qui méritait le prix Noble de la paix rendaient la jeune Russe tout bonnement irrésistible. Elle l'avait laissé brouter dans son pré et il en était devenu accro." (p. 148)

A lire aussi :
Kathel est pire que moi avec ce roman puisqu'elle l'a carrément abandonné.
Hélène aurait aimé "plus d'ampleur, oh pas dans l'histoire qui est déjà des plus abradacadabrandesque plutôt dans la forme et dans la psychologie des personnages".
Mrs Pepys a beaucoup apprécié puisque pour elle, "c'est avec une grande facilité, et un immense plaisir, que l'on retrouve l'atmosphère des romans de Pieter Aspe".
Enfin, satisfaction également pour Hécléa pour qui ce roman est un "savant mélange d'enquête policière et de vie de tous les jours pour des personnages un poil caricaturaux mais qui fonctionne bien."

Petit_bac
Roman lu dans le cadre du Challenge Petit Bac organisé par Enna, rubrique "Lieu géographique" (Comment ça, j'ai changé depuis la publication de ma liste ?! Oui, mais c'était autorisé !!! :p)

Texte © Miss Alfie 2011, sauf citations.
Edition lue :Chaos sur Bruges, Pieter Aspe, traduit du néerlandais par Emmanuèle Sandron, éditions Livre de poche, collection Policier/thriller, 2010, 352 pages.