Smoke_city1Smoke_city4Carmen, pulpeuse rousse repentie, est chargée par un étrange collectionneur de voler une momie lors d'une exposition avec une exigence : qu'elle réunisse pour l'occasion ses cinq acolytes du passé qu'elle a trahi lors de leur dernier coup. Mais ce casse ne sera pas aussi simple qu'il n'en a l'air...

Une fois n'est pas coutume, voici un avis en deux temps, puisque monsieur m'a fait découvrir cet excellent diptyque, et que nous avions tous les deux envie d'en parler, et quoi de mieux que deux avis pour le prix d'un ?!

Je commencerai donc (moi, Alfie, l'unique, la seule !) par vous inviter à ne surtout pas vous arrêter à cette première couverture un brin effrayante : qui est ce personnage au masque blanc et aux yeux à peine visible ? Dès cette couverture, on se retrouve plongé dans un univers noir, sombre, qui laisse présager d'une suite fantastique... Et c'est de là que, pour moi, la surprise est venue. Certes un brin de fantastique s'installe au fil des pages de ces deux tomes, mais c'est surtout sur une intrigue policière que repose le scénario élaboré par Mathieu Mariolle et Benjamin Carré.
Smoke_city3Smoke_city2Benjamin Carré est également le dessinateur de Smoke City, un dessinateur tout en imagination puisqu'il crée sous nos yeux une ville fantasmatique, pleine de brume et de nuit, une ville qui ressemblerait un peu à Gotham City, une ville où des vamps des années cinquante se retrouve à utiliser des technologies du vingt-et-unième siècle. Si le trait est précis et les paysages urbains impressionnants, la colorisation des albums est un élément essentiel de l'histoire et permet au lecteur de passer d'un personnage à l'autre, d'une atmosphère à une autre, uniquement par la mise en couleur des "bulles", ou par un fond noir sur lequel se détacheront certaines vignettes... Mais je ne vous en dirai pas plus, si ce n'est vous implorer de ne surtout pas lire la dernière page avant d'y arriver, car vous gâcheriez toute la surprise finale d'un scénario que certains trouvent emprunté en partie à Oceans' Eleven et peu original, mais qui m'a franchement beaucoup plu et surtout qui a su me surprendre.

Bon, et sur ce, je laisse à Guigz le soin de vous donner son point de vue sur la question !


Smoke_city5Smoke_City_6Dites donc, les mecs (les nanas aussi, hein...), vous en avez de la chance, deux avis pour le prix d'un et dans la même note, en plus. Bon, après, le truc chiant, c'est que, quand tu passes en deuxième, t'as pu rien à dire parce que l'autre a tout dit. On va quand même essayer de raconter deux trois bricoles.
Côté scénario, c'est bien ficelé et rondement mené. Après tout, reconstruire une équipe, faire un casse et arriver à un dénouement en deux tomes n'est pas chose aisée. J'ai été suffisamment déçu de one-shots (cf. la série "7" publiée chez Delcourt également) ce qui fait que la construction de l'histoire est quand même bien foutue. Des obstacles pour la reformation de l'équipe, des traîtres qui n'en sont peut-être pas, que peut-être si, qu'en fait, on sait pas trop, la police qui tourne autour de tout ça, on se laisse finalement et facilement porter par l'histoire.
Le dessin quant à lui, pouah la la, il cause !! Un mix entre crayon et peinture le tout combiné à la palette graphique pour un travail sur la profondeur rendent le dessin pointu, précis et puissant. On est pas loin de la photographie tellement les personnages, les lieux et l'action est admirablement retranscrite. On a donc ici à faire à un excellent polar que je ne saurais conseiller à tout amateur du genre.

Texte © Miss Alfie et Guigz 2010.
Images Smoke City (Tomes 1 et 2), Benjamin Carré et Mathieu Mariolle, Éditions Delcourt (2007 et 2010)