l_onde_sepulcraleAprès plusieurs années en mer, Tom Durham, le beau-fils de Sir John Fielding, revient à terre avec son équipage et une étrange histoire : l'un des lieutenant est accusé par un autre d'avoir passé le capitaine par dessus bord au cours d'une tempête. Sollicité par l'Amiral et fervent défenseur de la vérité, Sir John Fielding n'aura de cesse que de faire éclater la vérité.

En fouillant dans les placards de monsieur qui m'avait déjà fait découvrir les deux premiers volets de cette série policière au charme britannique, j'ai eu la chance de dénicher un troisième opus sorti en 1999 jamais ouvert. L'onde sépulcrale de Bruce Alexander a donc récemment rejoint ma PAL où il n'a fait qu'un rapide séjour, notre séjour londonien m'ayant évidemment envie de me plonger rapidement dans cette nouvelle enquête du juge aveugle le plus célèbre de la littérature (comment ça, j'en fais trop ?!!!).

Dans cet épisode, on retrouve donc le jeune Jeremy Proctor devenu l'assistant et le fils de cœur du magistrat, mais il conviendra d'avoir lu entre le premier opus dont je vous ai parlé il y a quelques temps et cette aventure le second volume, Le fer et le feu, afin de comprendre les évolutions qui ont pu avoir lieu dans la vie du juge. Au fil de ma découverte des différents volumes, je me rends compte qu'il est plus que nécessaire pour le lecteur de lire dans l'ordre ces aventures, même si elles sont toutes indépendantes les unes des autres, mais parce que tant d'éléments concernant les personnages y sont dévoilés qu'on peut rapidement se perdre dans leur évolution. L'onde sépulcrale nosu donnera par exemple l'occasion d'en apprendre beaucoup sur la marine anglaise et sur la jeunesse de Sir John...

Sinon, soyons clair, ce qui m'a le plus intéressé dans ce bouquin sont clairement les descriptions de Londres, sans doute parce que j'y ai retrouvé des endroits découverts au gré de nos visites estivales. Bien sûr, tout cela se passe quelques siècles plus tôt et je veux bien croire que la Cité de Londres n'offrait pas son visage de verre et d'aluminium, mais on imagine malgré tout la foule grouillante dans Covent Garden, ou les élégantes se promenant sur le Strand...

Côté intrigue, rien de transcendant, hélas. On se doute rapidement de l'issue de l'enquête et aucun rebondissement inattendu n'a retenu mon attention, rendant presque laborieuse la fin de ma lecture, alors que les deux autres volumes lus m'avaient plutôt emballés. Aucun regret cependant à avoir tenté cette lecture que je conseillerai toujours aux adeptes de Jean-François Parot tant le style me parait similaire !

Texte © Miss Alfie 2010.
Édition lue : L'onde sépulcrale, Bruce Alexander, traduit de l'anglais par Jean-Noël Chatain, Éditions 10/18, collection Grands détectives, 1999,  410 pages.