TahyaEldjazair1Printemps 1954. Arrivé de métropole, Paul débarque à Alger pour y devenir instituteur. Il y retrouve un ancien compagnon de résistance resté dans l'armée française et un ami algérien avec qui il avait lié connaissance pendant la guerre, à l'hôpital. Paul s'éprend alors de la fille de cet algérien alors que les évènements annonçant la guerre d'Algérie se déroulent dans le pays. Tiraillé par ses idéaux, Paul s'apprête à vivre de douloureux moments.

J'ai découvert cette série en deux tomes au salon du livre de Besançon, charmante capitale comtoise (1) . J'en ai profité pour discuter avec le dessinateur qui, pour un Luron, n'était pas gai mais toutefois fort sympathique (2) . Dan, puisque c'est son nom m'a expliqué que sa grand-mère avait habité Alger juste avant les "évènements" et qu'il s'est servi de quelques souvenirs pour décrire l'atmosphère. Ainsi, il a su adapter les couleurs (A. Ralentine pour les couleurs) et les dessins au scénario et ses différents évènements. Le dessin est de facture somme toute classique mais on a le mérite de dissocier tous les personnages sans difficultés. D'un autre côté, c'est quand même facile de reconnaître un algérien d'un mec normal, non ? (3)

TahyaEldjazair1plkSinon, y'a un scénario. Comment dire… Sans être mauvais, j'ai trouvé l'histoire un peu stéréotypée. Le gentil qui passe par un côté méchant avant de se rendre compte de son erreur, le vrai méchant, le méchant qui en fait ne l'est pas, l'ami qui rompt ses relations, la relation entre un français et une algérienne. Bonjour, j'ai une caisse de clichés, je vous la laisse ou je la livre pour "Joséphine, ange gardien" ? Je suis peut-être un peu sévère en faisant ce trait d'humour (pourri, j'assume, cf. note 2). D'autant que le scénariste arrive à nous emmener dans son histoire sans nous lasser. Les différents rebondissements s'enchaînent suffisamment vite et bien pour que l'histoire ne soit pas bancale.

En fait, le plus intéressant dans cette série porte sur l'aspect historique de cette époque. Le comportement des Français en Algérie, le rôle du FLN, les tortures, la position des Algériens dans le conflit, etc. Rien n'est éludé et on apprend pas mal de choses. Aussi, ce diptyque vaut plus pour son intérêt historique que pour son scénario un peu entendu. A lire donc pour en apprendre un peu plus sur cette sombre époque de l'Histoire de France.

(1) Petit euphémisme pour caractériser la plus belle ville de France
(2) Ne comptez pas sur moi pour expliquer mes jeux de mots pourris.
(3) Je peux comprendre que vous soyez choqués par cette réplique. Mais c'est parce que vous me connaissez mal...


Texte © Guigzzz 2010
Image Tahya El-Djazaïr (T1 - Du sang sur les mains), Galandon - Dan, Éditions Bamboo (2009)