carton_jauneCarton jaune est le premier livre écrit par Nick Hornby et est une autobiographie de l'écrivain par le biais de son rapport au football en tant que supporter d'Arsenal.

J'ai découvert Nick Hornby une année où, ayant le sésame en poche pour accéder à la fac de droit, j'ai lâché mes ambitions trop lourdes à porter toute seule et me suis partagée entre lecture, petits boulots et préparation du concours qui m'a permis de m'asseoir dans le fauteuil que j'occupe aujourd'hui. Bref. Cette première rencontre donc se fit avec A propos d'un gamin. Pourquoi, comment ? Je n'en ai plus guère de souvenirs, sans doute l'ai-je trouvé lors d'une virée à la bibliothèque ou en librairie. Avec un premier rendez-vous réussis, nous nous sommes retrouvés pour High Fidelity et La bonté : mode d'emploi. Si les deux premiers m'ont laissé un bon souvenir, je ne relirai sans doute jamais le troisième. Et puis il y a deux ans et demi, j'ai rencontré celui dont je partage désormais la vie... et les soirées foot ! Si bien partagées que je me retrouve d'ailleurs pour l'hiver avec un joli bonnet jaune à l'écusson bleu , couleurs de notre club local. Et sib ien partagées aussi que je me retrouve aujourd'hui à vous parler du bouquin d'un fan de foot anglais, prélude bien adapté aux dix jours de vacances que nous nous apprêtons à passer entre Londres et Liverpool avec, au programme, un match dans le mythique stade d'Anfield !

Pour en revenir à Carton jaune, qui est sensé être le sujet de ce billet (et non mon propre rapport à l'auteur et au foot), je tiens à mettre en garde les potentiels lecteurs de ce livre : si pour vous, le foot se résume à vingt-deux hurluberlus qui courent après un ballon, qui sont aussi stupides que sportifs et que vous avez passé le mois de la dernière coup du monde à hausser les épaules avec un air las quand votre collègue parlait du match de la veille, n'allez pas plus loin, passez votre chemin et à bientôt ! Par contre, si vous avez déjà été voir un match dans un stade, que vous aimez l'atmosphère de liesse qui s'empare des gradins quand l'équipe supportée marque, que vous applaudissez les actions des adversaires et que vous gueulez malgré tout sur l'arbitre, si vous aimez les soirées pizza du dimanche soir devant le Canal Football Club et que jamais, au grand jamais, il ne vous viendrait à l'idée de préférer le film de TF1 au match de Canal, si vous avez quelque part dans votre placard un ou deux tee-shirt d'équipe de foot et qu'éventuellement, vous achèteriez bien celui de la nouvelle saison, enfin surtout le maillot extérieur avec son petit côté rétro bien sympa, alors ruez vous sur Carton jaune.

Carton jaune, c'est l'histoire d'un supporter vue par lui-même, avec un regard à la fois bienveillant et très ironique sur cette passion qui dévore tout et amène à faire des sacrifices qui peuvent paraître incompréhensibles pour les autres. Mais c'est aussi l'histoire du football en Grande-Bretagne, avec les drames du Heysel et de Hillsborough qui ont fait plusieurs centaines de morts et ont amené les clubs à modifier fondamentalement l'accès aux stades depuis le début des années 1990, et c'est aussi la chronique d'une certain société britannique vue à travers les supporters de tel club qui sont plus bourgeois que ceux de tel autre.

Le bémol que j'émets à la fin de cette lecture démontre que je reste une amatrice de football, mais pas une supportrice fervente et totalement accro, car pour ma part, les débriefing et les récits détaillés des actions de tel joueur au moment de tel match, ça peut vite me saouler... Et comme le récit se fait par le prisme des match qui ont marqué la vie de Nick Hornby, on a le droit à un paquet de description d'actions ! L'autre bémol réside dans le fait qu'il parle essentiellement du football anglais de la fin des années soixante au début des années quatre-vingt-dix. De bons connaisseurs sauront certainement de qui il parle, mais personnellement, les noms cités sont pour mois d'illustres inconnus... Et pourtant, aujourd'hui, je suis d'une oreille le foot anglais...!

En attendant, c'est une lecture à réserver aux amateurs de football mais que peuvent tenter les curieux qui se rendraient en Angleterre pour leurs vacances... Une manière originale de découvrir l'esprit anglais !

Une petite immersion au milieu des pages ?

"Carton jaune est né du besoin impérieux de comprendre mon obsession du football. Pourquoi ce qui commença comme une foucade d'écolier se prolongea-t-il durant près d'un quart de siècle, plus longtemps que tout autre attachement élu par moi ? (J'aime tendrement ma famille bien qu'elle m'encombre un peu et j'ai perdu de vue tous les amis que j'avais avant quatorze ans, sauf l'unique supporter d'Arsenal de mon école.)" (p.11)

"Jamais un supporter d'Arsenal ne cédera à la tentation de l'adultère, n'ira, même en douce, se rincer l'œil à Tottenham. Certes le divorce est toléré. Quand les choses tournent trop mal on peut rompre et renoncer au stade, mais on ne trahira pas son équipe pour une autre." (p.38)

"Comment admettre que j'aie lu un livre et que je fréquente Highbury ? Avouez à une intellectuelle que vous aimez le foot et vous aurez droit au regard glacé qui traduit l'opinion que les femelles ont des mâles." (p.90)

"Hillsborough en revanche était équipée de grillage et convenait donc, en 1989, à un grand match. Ainsi, durant la demi-finale de la Coupe, entre Liverpool et Notthingham Forest, des tas de gens moururent. Et ce fut ce même grillage, grâce auquel la partie avait été autorisée, qui les tua en les empêchant de se réfugier sur le terrain pour éviter d'être piétinés." (p.164)

"Liverpool contre Arsenal
26.5.89

Depuis que j'assiste à des matchs, vingt-trois saisons, sept équipes seulement ont remporté le championnat de première division : Leeds United, Everton, Arsenal, Derby, Nottingham Forest, Aston Villa, Liverpool, et une seule est parvenue onze fois à cette gloire : Liverpool." (p.259)

Texte © Miss Alfie 2010 sauf citations.
Édition lue : Carton jaune, Nick Hornby, traduit de l'anglais par Gabrielle Rolin, Éditions 10/18, collection Domaine étranger, 2010, 286 pages.