Inception1Dans un monde étrangement proche du notre, Dom Cobb pénètre les rêves avec une équipe d'extracteurs dans le but de dénicher les secrets les plus enfouis de tout à chacun. Trainant derrière lui un lourd passé qui le hante, Dom entrevoit derrière la proposition d'un homme d'affaire japonais la possibilité de rentrer chez lui et de retrouver ses enfants. Mais pour cela, il devra pratiquer une "inception", c'est-à-dire implanter par les rêves une idée dans la tête d'un autre, mais de manière suffisamment subtile pour que cet autre ait le sentiment que l'idée vient de lui.

La première fois que j'ai vu la bande annonce, je suis restée plus que dubitative (non, ce n'est pas un gros mot, ça veut juste dire que j'ai pas pigé grand chose...). Bon, ceci dit, une fois vu le film, je dirai que la bande annonce est un condensé et qu'il est logique qu'on ne comprenne rien, car il faut bien voir le film du début à la fin sans s'endormir pour piger quelque chose ! Et encore, une fois me parait peu car c'est le genre de film qui mérite qu'on se gèle les fesses à la sortie du ciné avec les copains pendant plus d'une demi-heure pour passer en revue les petits détails infiniment minuscules qui changent tout à la compréhension de l'histoire, et donc qui mérite qu'on le revoit, en VO si possible car franchement, une fois qu'on a goûté à la VO, la VF paraît franchement bien fade...

Pour mieux comprendre l'atmosphère de ce thriller de science-fiction, il faut rappeler que le scénariste et réalisateur de ce film "border line" est Christopher Nolan, celui-là même qui nous a offert les deux derniers épisodes d'un nouveau Batman (Batman Begins en 2005 et The Dark Knight en 2008 avec le regretté Heath Ledger) ou encore Insomnia en 2002. On retrouve d'ailleurs dans ce nouveau film quelques acteurs qui ont déjà bossé avec lui comme Cillian Murphy, Ken Watanabe ou Michael Caine, mais aussi quelques acteurs désormais connus pour leur réel talent d'interprète comme Marion Cotillard (La môme, Public Ennemies), Tom Hardy (Bronson), Ellen Page (Juno, Bliss), ou encore Leonardo Di Caprio (Gangs of New York, Shutter Island...). Le dit Di Caprio qui, après Shutter Island, semble très bien se débrouiller dans des films à la frontière de la folie... On est bien loin du bellâtre de Titanic, qu'on se le dise !

Inception

Derrière cette brochette d'acteurs de talent, la force de ce film réside essentiellement sur un visuel percutant et sur un scénario des plus déroutants. En effet, le monde des rêves étant créé à partir de notre monde mais mouvant à souhait et généralement plein de labyrinthes (et oui, qui n'a jamais eu la sensation d'être parachuté dans un couloir sans fin ou dans une ville où l'on semble tourner en rond ?...), lorsque les héros s'enfoncent dans le subconscient de leur "victime", on découvre un monde déroutant et pourtant si réel que l'on en vient à faire le lien avec nos propres rêves... De même, il faudra que le film se termine, que le générique s'achève et que l'on dorme (tant bien que mal quand même !!!) pour réaliser certaines subtilités du scénario qui nous fait constamment osciller entre rêve et réalité... Oscillation confirmée par la dernière image du film si je puis me permettre...

En attendant, je n'en dirai pas plus et ne peux que vous inciter à aller découvrir ce film que Christopher Nolan aura mis près de 10 ans à réaliser...

Texte © Miss Alfie 2010.
Image Inception, Christopher Nolan (2010).