Le_cercueil_de_pierrePourquoi un homme, à qui tout semble réussir, a-t-il disparu et pourquoi avoir renversé et tué sa femme et sa fille, la prunelle de ses yeux ? C'est à cette énigme que va tenter de répondre Ann Lindell et son équipe de policiers d'Uppsala.

A la base, pitché comme ça, on peut se dire que le deuxième roman que Kjell Ericksson est bien simpliste... Oui, mais non ! Sinon, croyez-moicroyez-moi, je ne vous en parlerai pas ! Non, Le cercueil de pierre est le deuxième roman de cet auteur, ou du moins le deuxième mettant en scène Ann Lindell, mais sincèrement, sans avoir lu le premier, ça se comprend très très bien. Par contre, là où ce polar suédois devient fort sympathique, c'est lorsqu'il commence à nous entraîner dans les traces de cet homme disparu, responsable d'une firme pharmaceutique implanté en Espagne et en Suède. Mais alors, qu'allait-il faire en République Dominicaine ?...

Pour terminer sur du positif, je commencerai par ce qui m'a le moins intéressé : les histoires sentimentales d'Ann. Pourquoi ? Ça, c'est une excellente question, car comme toute nana qui se respecte, les histoires de cœur, les "je t'aime moi non plus", j'aime bien pourtant. Mais là, non. Ça m'a dérangé, gêné dans ce récit, je n'ai pas compris l'intérêt. Mais je vois déjà une explication à cet ennui : c'est le deuxième épisode de ses aventures. Le premier, je ne l'ai pas lu. Et l'héroïne y était déjà présente ! Donc peut-être n'ai-je pas bien cerné son caractère d'emblée, peut-être...

Enfin, bon, malgré ce léger bémol, le reste du bouquin est plus que bien, nous entraînant dans les coulisses de la recherche pharmaceutique, avec toutes les dérives que cela peut entraîner. L'auteur aurait d'ailleurs pu creuser en ce sens, mais ce ne sont pas les magouilles financières et autres qui l'intéressent, mais plus l'élucidation du crime. Et puis bon, on y retrouve cette atmosphère scandinave que j'apprécie de plus en plus, la description de journées interminables dès qu'arrive l'été et de nuits sans fin pendant l'hiver, la découverte de la fête de la Saint Jean... Pour le reste, je vous laisse découvrir !

Texte © Miss Alfie 2010.
Image Le cercueil de pierre, Kjell Ericksson, Éditions Babel noir (2010).