premier_cavalier_de_l_apocalypseQuel lien peut-il y avoir entre ce survivant nord-coréen qui assure avoir assisté à la destruction complète de son village par l'armée alors que plusieurs personnes venaient de mourir d'une maladie qu'il ne connaissait pas et l'expédition scientifique visant à ramener les corps de cinq norvégiens morts de la grippe espagnole dans les années 20 et dont fait partie Annie Adair. Empêché par les intempérie de rejoindre l'expédition comme prévu, le journaliste Franck Daly va mettre le doigt sur une affaire des plus inquiétantes...

Écrit en 1998 et paru en France en 1999, Le Premier Cavalier de l'Apocalypse, de John Case, est un roman policier avec un brin d'anticipation tellement réelle que sa lecture ne peut nous renvoyer à l'actualité actuelle de la grippe A et la pandémie qui touche l'ensemble de la planète... Certes, ce roman nous présente une possibilité d'épidémie avec une toute autre origine, mais l'on se rend compte que les idées de John Case ne sont pas complètement en dehors de la réalité... Déjà, dans Génésis, se posait la question de la procréation médicalement assistée et des cellules souches...

Ceci étant dit, même si j'ai passé un moment agréable à lire ce livre car il nous entraîner dans une intrigue assez bien ficelée où le lecteur devine plus rapidement que les protagonistes ce qui se passe grâce à l'alternance des points de vue entre Daly, Adair et "les méchants", Le Premier Cavalier de l'Apocalypse ne restera pas dans ma mémoire comme LE polar à avoir lu... Plusieurs raisons expliquent facilement cet avis. Tout d'abord, l'histoire peine à démarrer, à se mettre en place. On rencontre une foule de personnage au départ, que l'on retrouvera certes, mais seulement à la fin de l'histoire... Cette lenteur est d'ailleurs accentuée par la narration qui nous livre de longues explications parfois complexes sur le virus de la grippe par exemple, mais aussi sur l'environnement ou les actes anodins effectués par les personnages. Peu m'importe que le canapé soit de telle couleur et confortable ou non, ou que tel personnage allume une cigarette entre deux propos... Non, moi, ce qui m'intéresse, c'est de savoir ce qui va se passer, rapport au problème principal du livre que, non non non, je n'exposerai pas plus ici !

Même si ce livre a comme atout de rappeler la responsabilité des journalistes dans la dénonciation d'affaires à caractère secret, il ne restera sans doute dans ma mémoire que parce que je l'ai lu dans une période où l'actualité faisait étrangement écho à l'histoire...

Texte © Miss Alfie 2009.
Image Le Premier Cavalier de l'Apocalypse, John Case, Éditions Livre de poche
(2001).

objectif_pal