CoralineCoraline Jones vient d'emménager avec ses parents dans une grande maison composée de plusieurs appartements peuplés d'étranges individus. Relativement délaissée par ses parents, très occupés par leur travail, Coraline commence à explorer la maison et ses alentours. Dans une des pièces, elle découvre une petite porte cachée qui va l'entraîner à la découverte de son Autre mère et de son Autre père, réunissant tout l'amour et l'attention que ses vrais parents ne lui donnent pas.... Mais peu à peu, le conte de fée vire au cauchemar pour Coraline...

Adapté d'un conte pour enfant de Neil Gaiman, Coraline est la nouvelle production en "stop-motion" d'Henry Selick, qui avait réalisé il y a quelques années L'étrange Noël de Monsieur Jack. Éclipsé par l'aura du célèbre Tim Burton à cette époque, Henry Selick nous montre aujourd'hui qu'il est capable de faire aussi bien que le réalisateur d'Edward aux mains d'argent.
Côté histoire, on retrouve des relents d'enfance avec quelques références à Alice au pays des merveilles, mais en beaucoup plus sombre : la petite porte pour passer dans l'autre monde existe toujours, la méchante demande une fois de plus à l'héroïne de jouer un jeu aux règles particulières, tandis que le lapin blanc s'est mué en chat noir. Une fois de plus, on joue sur l'idée réel/imaginaire, réel/rêvé. On navigue entre émerveillement et inquiétude, entre rationalité d'adulte et peurs d'enfant.
Côté mise en scène et réalisation, on ne peut que saluer le travail de l'équipe d'Henry Selick à qui il aura fallu plus de 18 mois pour accoucher de Coraline. Rien d'étonnant lorsque l'on sait que rien que pour la scène des souris acrobates dans le cirque, il aura fallu 66 jours de tournage... 130 décors ont été réalisés pour le tournage, en utilisant parfois des matériaux très simples comme de la colle et de la levure de boulanger pour la neige, ou des grains de pop corn cuits et pains à la main pour les fleurs de cerisier. Les personnages, eux, sont des figurines en silicone, mousse de latex et résine, montés sur une armature métallique permettant les mouvements. Rien que pour le personnage de Coraline, 28 figurines auront été réalisées avec 9 costumes différents.
Côté doublage, à signaler que la voix originale de Coraline est celle de Dakota Fanning (La guerre des mondes) tandis que Tery Hatcher (Desperate Housewives) fut retenue pour interpréter la mère de Coraline et l'Autre mère.
Coraline reste donc un très beau film de par sa prouesse technologique, mais aussi parce qu'il propose un conte qui fera frémir les petits et retomber les grands en enfance !

Texte © Miss Alfie 2009.
Image Coraline, Henry Selick (2009).