milleniumCondamné pour diffamation, Mickael Bloomkvist, journaliste à Millénium, est contacté par un grand industriel suédois, Henrik Vanger, pour faire la lumière sur la disparition quarante ans plus tôt de sa nièce, Harriet. Aidé d'une étrange jeune femme, Lisbeth Salander, il découvrira les secrets de la famille Vanger.

Risqué était le pari d'adapté sur grand écran l'un des plus grand succès littéraire de ces dernières années. C'est ce défi que s'est lancé Niels Arden Oplev, réalisateur d'origine danoise, en réunissant à l'écran des acteurs totalement inconnus des spectateurs français mais, visiblement, célèbres en Suède. C'est notamment le cas de Michael Nyqvist, qui campe le désormais célèbre journaliste. Ceci dit, aller voir un film suédois pour prendre du bon temps, ça fait un peu fan d'Arte qui admire les téléfilms incompréhensibles diffusés en troisième partie de soirée... Du moins, c'est ce que l'on peut penser ! Car pour ma part, ce film suédois fut un véritable plaisir. Et pourtant, j'avoue être difficile côté adaptation cinématographique de roman.
Sauf que dans le cas de Millénium, Niels Arden Oplev a réussi à garder le fond de l'histoire (l'enquête sur la disparition d'Harriet) et éluder les affaires annexes (l'affaire Wennestrom, la faillite de Millénium), proposant un thriller bien construit et compréhensible. Du moins, m'a-t-il semblé. Certe, on peut regretter que les relations de Mickael avec ses maîtresses ne soient pas développées, qu'Erika Berger ne soit même pas nommée et qu'elle apparaisse à tout casser cinq minutes à l'écran, que l'on ne mentionne pas les relations de Lisbeth avec son ancien tuteur, que l'affaire Wennestrom soit tellement édulcorée qu'elle devienne à la limite incompréhensible pour qui n'a pas lu le livre... Oui, on peut le regretter...
Mais doit-on regretter qu'Oplev nous propose un film de 2h30 déjà bien complet, au cours duquel on découvre une Lisbeth plus inquiétante que jamais campée par Noomi Rapace, jeune actrice a priori peu connue du public suédois également, mais qui crève l'écran ? Globalement, tout y est : Lisbeth et son caractère étrange, Burjman et ses horreurs, Bloomkvist et sa détermination, le froid suédois, l'ambiance glaciale qui règne dans la famille Vanger, les secrets et les mystères tous plus terribles les uns que les autres. De même, à noter, la subtilité avec laquelle Oplev amène la suite des aventures grâce à quelques références directes et très compréhensibles au deuxième opus. A noter d'ailleurs qu'à l'origine, les deuxièmes et troisièmes volumes ne devaient être diffusés qu'à la télévision suédoise. Ceci dit, suite au succès du premier film, il semblerait que l'on se destine à une diffusion cinéma...
De quoi d'ailleurs réjouir la personne qui m'a accompagné pour voir ce film et qui, en sortant, m'a demandé si l'idée était de faire une image à la Derrick... Visiblement, ce côté terne et gris que j'ai apprécié car j'y ai vu les paysages imaginés dans ma tête d'après les descriptions de Stieg Larsson, n'est pas du goût de tout le monde !... De même, pour qui n'a pas lu le livre, il semblerait que certains éléments soit parfois difficiles à comprendre, notamment la fin un peu rapide, et que l'action paraisse lente... Ceci dit, si j'analyse cet élément, il me semble que ces lenteurs ne se retrouvent pas dans le livre en raison de toutes les réflexions sur la psychologie des personnages.
En bref, qui a aimé le roman appréciera sûrement le film. En revanche, pour les autres et pour ceux qui ne l'on pas lu, affaire à suivre, j'attends vos avis !

Texte © Miss Alfie 2009.