la_disparue_du_pere_lachaiseQuelques mois après sa première aventures, nous retrouvons Victor Legris, libraire rue des Saints-Pères, embarqué dans une aventure bien étrange. Voilà qu'Odette, son ancienne maîtresse, a disparu dans les allées du cimetière alors qu'elle s'intéressait depuis quelques semaines à des sciences occultes lui permettant de parler avec son défunt mari. Accompagné de Joseph, Tasha et Kenji, Victor va tout faire pour découvrir ce qui se cache derrière cette disparition.

Après Mystère rue des Saints-Pères, Claude Izner, ou plutôt Laurence Lefevre et Liliane Korb, nous entraînent dans une nouvelle aventure, des quais de Seine aux ateliers de Montmartre à l'heure où les fiacres envahissent encore les rues de la capitale et où Zola publie sa Bête humaine.Tout comme dans le précédent opus, c'est une véritable plongée dans le Paris de la fin du 19e qui nous est offerte.
Et qui plus en en compagnie de nos désormais fidèles amis que sont la belle Tasha, l'énigmatique Kenji et le fougueux Joseph. Car au delà de l'intrigue, l'intérêt de cette série vient également de ces personnages que l'on voit se dessiner de plus en plus clairement, aux caractères de plus en plus affirmés et dont les relations entre eux se précisent.
Côté enquête, rien d'exceptionnel ni de décevant, mais des choses parfois surprenantes. L'auteur n'hésite pas à nous entraîner de l'autre côté du Pacifique dans les premières pages avant de nous propulser dans les rues grouillantes de Paris. Dommage peut-être que cette double vision des faits ne soit pas prolongée. Ceci dit, Liliane Korb et Laurence Lefevre reprennent bien cette vogue de l'ésotérisme et de la magie qui règne alors pour notre plus grand plaisir ! De plus, situant leurs histoires dans l'époque, on appréciera les nombreuses références à la construction du canal de Panama et aux publications littéraires de l'époque (dont Zola dont je parlais précédemment).
La suite d'une série agréable à découvrir, qui mêle adroitement relations humaines et intrigue policière. A noter que comme plusieurs séries de la collection "Grands détectives" de 10/18, il s'agit d'inédits, à savoir de romans n'étant publiés qu'en poche, sans passer par la case "grand livre qui ruine le porte-monnaie" !

Texte © Miss Alfie 2009.
Image La disparue du Père Lachaise, Claude Izner, Éditions 10/18 (2003).