9782742761579A première vue, rien ne destinait Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander à bosser ensemble. Le premier, journaliste et rédacteur à Millénium, venait d'être condamné à 3 mois de prison pour diffamation. La seconde, junkie asociale placée sous tutelle mais à l'intelligence bien cachée, bossait en free lance pour une société de sécurité. Et pourtant, ils vont se faire embarquer plus rapidement qu'on ne le pense dans une enquête étrange, à la croisée de crimes financiers et familiaux et partir sur les traces de tueurs psychopathes dans la Suède d'aujourd'hui.

Y avait-il vraiment besoin de présenter le premier tome de la trilogie de Stieg Larsson ?! Entre l'histoire et le destin de cet auteur et le succès en librairie de ces romans, il faut débarquer de Mars pour ne pas savoir que Millénium est l'un des succès littéraires étrangers des 3 dernières années. Mais pourquoi ? Mais parce que comme dans tout bon polar, Larsson a mis les ingrédients essentiels, et plus encore ! Ainsi, on reproche parfois à certains romans de nous perdre dans les personnages. Ici, pas de problème, puisque Stieg Larsson prend le temps dans les premiers chapitres de nous présenter en détails les protagonistes de l'histoire. Que ce soit Blomkvist et Salander, les deux héros, mais aussi Henrik Vanger le commanditaire, Erika Berger la directrice ou encore Dragan Armanskij le patron, tous les personnages de ce roman sont détaillés tant d'un point de vue physique qu'historique ou encore psychologique. On se retrouve donc avec une galerie de personnages parfaitement dessinés, et aux caractéristiques suffisamment différentes pour que l'on ne s'embrouille pas les pinceaux, malgré la multitude de personnages secondaires.
Par ailleurs, Larsson nous propose un trhiller d'aujourd'hui, qui semble coller parfaitement à l'actualité, avec des financiers véreux, des jeunes femmes sans repères dans une société lissée et des secrets qui hantent les murs des demeurent familiales. Rien ne semble surjoué, si ce n'est peut-être le dénouement de l'enquête principale... Mais encore... Des actualités plus ou moins récentes nous ont prouvé que l'imagination humaine n'a pas de limites quand il s'agit de l'horreur... De plus, les différentes intrigues dont l'auteur tisse la trame dans la première centaine de pages s'imbriquent parfaitement, conduisant les personnages à jongler d'un sujet à l'autre, et nous avec, sans mettre de côté leur vie privée.
Deux autres tomes complètent cette série inachevée en raison du décès prématuré de Larsson, et j'avoue avoir hâte de les ouvrir, afin de, je l'espère, trouver des réponses aux interrogations née de la lecture de ce premier tome, essentiellement concernant le passé et l'avenir des protagonistes centraux. En effet, il est important de préciser que même si Les hommes qui n'aimaient pas les femmes est le premier tome d'une série, il me semble indépendant des autres, du moins du point de vue de/des intrigue(s) présentées.

A lire aussi : Les avis de (on s'accroche, et ceci n'est qu'un tout petit éventail des avis du net !) Tiphanya, d'Hélène, de Joelle, de BelleSahi, de Cathulu, de Fashion, d'Amanda et de Val !

Texte © Miss Alfie 2009.
Edition lue : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, Stieg Larsson, traduit su suédois par Marc de Gouvenain et Lena Grumback, éditions Actes Sud
, collection Actes noirs, 2006, 574 pages.