9782253116561_G1023. Un jeune bénédictins, frère Roman, est chargé de la construction de la nouvelle JérusalemJérusalem sur le mont Tombe des Celtes, le Mont-Saint-MichelMont-Saint-Michel pour honorer l'archange. Mais sa rencontre avec Moïra, jeune chrétienne toujours fidèle à ses ancêtres au culte druidique va bouleverser sa vie et faire peser sur lui une malédiction qui l'emmènera jusqu'à nos jours.
De nos jours. Johanna, jeune archéologue spécialisée dans le Moyen Âge et l'art roman est l'assistante du chef de chantier à l'abbaye de Cluny. Malgré leurs efforts, leurs recherches restent vaines. Mais la chance va se présenter à Johanna sous la forme de la maladie qui qui va toucher l'épouse du futur directeur de chantier de fouille sur le Mont-Saint-MichelMont-Saint-Michel et lui donner l'occasion de comprendre les rêves qui la hantent depuis son enfance.

Tout comme dans La vierge en bleu que j'ai précédemment lu, nous nous trouvons ici en présence de deux histoires, à deux époques fort lointaines et qui vont finir par se rejoindre. Cependant, contrairement au roman précédant qui m'avait laissé un sentiment d'inachevé, La Promesse de l'ange est un titre tout à fait adapté. Oui, une fois de plus, Frédéric Lenoir signe un trhiller ésotérique et historique rédigé à quatre mains avec Violette Cabesos des plus passionnants. Chaque chapitre raconte en effet l'histoire de Roman et de Johanna, mais je ne me suis à aucun moment perdu entre ces deux personnages et ces deux époques. Pourquoi ? Tout d'abord parce que la longueur relativement importante de chaque chapitre m'a permis à chaque fois de bien m'immerger dans l'époque concernée tout en avançant tranquillement dans l'intrigue et sans avoir l'impression de faire en permanence des bonds dans les temps. De plus, j'ai remarqué, au fil de la lecture, une anecdote grammaticale qui, à mon avis, est loin d'en être une. En effet, lorsque les auteurs nous entraînent au Moyen Âge, le récit est rédigé au présent tandis que, lorsque l'on côtoie Johanna et notre siècle, c'est le passé qui l'emporte... Jusqu'au chapitre 15, au cours duquel les deux histoires, jusqu'alors parallèles, se rejoignent totalement. Une manière de montrer que du passé l'on fait le présent, présent qui ne peut s'ancrer sans ce passé ? Possible...
Toujours est-il que l'intrigue est plutôt bien ficelée et, tout comme dans L'oracle della Luna, les références historiques et religieuses  sont extrêmement fines et précises. Est-il à ce propos nécessaire de rappeler que Frédéric Lenoir est un spécialiste des religions ? Quant à Violette Cabesos, il semble qu'elle soit plutôt auteur de romans policiers... Autant dire que le mélange des deux donne une teinte très particulière à ce polar. L'énigme est fort bien construite, le suspense bien géré, même si le lecteur en sait plus que Johanna du fait de nos allers et retours dans le passé. Et dans le même temps, le langage, relativement châtié, ainsi que l'ensemble des références historiques, théologiques, légendaires en font un roman fort intéressant du point de vue de la culture générale. D'ailleurs, il me fut bien vite donné de me rendre compte de la véracité des propos historiques de ce roman puisque l'abbaye du Mont-Saint-Michelfut très longtemps habitée par des bénédictins, même ordre religieux que celui dans lequel Guillaume de Baskerville résout l'enquête dans Le nom de la rose.
Le petit bémol est la vision de la culture et des légendes celtes qui sont présentées comme morbides et mortifères... Ceci dit, il n'est pas faux que beaucoup de contes bretons font intervenir l'Ankou, cette faucheuse d'âme représentant la mort... Alors, réalité ou chauvinisme de lectrice ? Bizarrement, je me dis que la seconde hypothèse est peut-être la bonne ! En tout cas, Breton ou pas, ce roman permet de découvrir une belle page d'Histoire et de voir d'un oeil différent la 8e merveille du monde !

La Promesse de l'ange a obtenu le prix des maisons de la presse en 2004.

A lire aussi : L'avis de Lisa, et deux articles par ou sur les auteurs, Violette Cabesos et Frédéric Lenoir.

Texte © Miss Alfie 2008.
Edition lue : La promesse de l'ange, Frédéric Lenoir et Violette Cabesos, éditions Le Livre de Poche, collection Policier / Thriller, 2006, 627 pages.